•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'artiste québécois Tex Lecor est décédé

L'artiste Tex Lecor en train de chanter
L'artiste Tex Lecor Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le chansonnier, animateur à la radio et peintre québécois Tex Lecor est décédé à l'âge de 84 ans.

L'artiste est mort à la suite d'une légionellose peu après minuit ce samedi. Selon sa veuve, Louise Dion Lecor, il était tombé malade le 30 août dernier. Mme Dion Lecor et son fils ont finalement dû appeler une ambulance dans les jours suivants pour le conduire à l'hôpital Pierre-Le Gardeur, où son état s'est détérioré.

Tex Lecor a œuvré dans le domaine artistique québécois pendant plus de 60 ans. Ses premières oeuvres remontent à l'âge de 25 ans. Il était bien connu pour la rubrique Les insolences d'un téléphone et l'émission Le festival de l'humour sur les ondes de CKAC.

M. Lecor cumulait de nombreuses passions, mais Mme Dion Lecor a affirmé que sa plus grande passion restait cependant la peinture.

Il peignait encore tous les jours. Il a cessé de peindre le lundi et est tombé malade le mercredi. Il y a encore des tableaux non terminés sur ses chevalets.

Louise Dion Lecor, veuve de Tex Lecor

Elle rapporte que son conjoint était très fier de sa carrière. « Pour lui, c’était un petit gars de Saint-Michel-de-Wentworth qui avait réussi, qui avait fait ses beaux-arts à Montréal », s'est-elle remémorée.

Louis-Paul Allard, qui l'a côtoyé à la radio de CKAC puis à la télévision de TQS, à l'émission Y'a plein de soleil, n'aurait jamais cru perdre son ami de façon aussi subite. Les deux hommes avaient même prévu de se retrouver au cours des prochaines semaines pour un souper.

« Je n'ai jamais pensé que ce serait aussi rapide que ça. J'ai été touché et surpris parce que je ne m'attendais pas à ça », a confié M. Allard à La Presse canadienne.

On va se souvenir de lui à tous les points de vue. C'est un être à 360 degrés. Un talent immense. Tout le monde va se souvenir de lui, soit par les toiles, les chansons ou les Insolences. On en a pour un bout de temps avant de l'oublier.

Louis-Paul Allard, ami de Tex Lecor

Peintre avant tout

Tex Lecor, de son vrai nom Paul Lecorre, est né le 10 juin 1933 à Saint-Michel de Wentworth, dans les Laurentides. Il était l'aîné d'une famille de trois enfants.

Son père Henri-Paul, d'origine bretonne, était lui-même artiste, homme de théâtre et politicien local. Sa mère, une Québécoise de souche normande, lui a légué son émerveillement de la nature.

Paul Lecorre a étudié chez les Clercs de Saint-Viateur où on l'a encouragé à poursuivre son cheminement pictural. En 1951, à l'âge de 18 ans, il a entamé des études à l'École des Beaux-Arts de Montréal.

Son surnom de « Tex » lui a été donné lors d'un été de travail dans l'Ouest canadien au milieu des années 1950. Il lui vient d'un ceinturon qui portait la mention « Texas » sur la boucle.

Nathalie Beauchamp raconte que son père, Denis Beauchamp, a rencontré Tex Lecor il y a plus de 45 ans. M. Beauchamp travaillait alors à développer le métier d'agent d'artiste au Québec.

« Quand il a été prêt à montrer sa peinture, il voulait être certain qu'il n'aurait pas de succès grâce à son nom. Alors mon père a présenté les oeuvres à l'extérieur du Québec, au Canada anglais, pour voir la réaction. Il est un artiste extraordinaire. Il a peint la joie de vivre. Il a peint le Québec, les gens au travail. Il a marqué l'histoire du Québec avec sa peinture », a insisté la galeriste qui a présenté le dernier vernissage de Tex Lecor en juin dernier à Saint-Lambert.

Elle n'est d'ailleurs pas étonnée que M. Lecor soit resté devant son chevalet jusqu'à ses derniers jours.

N'importe quel artiste va dire que peindre c'est aussi important que respirer. Même s'il avait des problèmes, il retournait à son chevalet dès qu'il pouvait s'asseoir. La peinture, pour lui, c'était un véritable besoin.

Nathalie Beauchamp, galériste
Le chanteur Tex Lecor en prestation.Le chanteur Tex Lecor en prestation. Photo : Radio-Canada / Francis J. Menten

Chanson et animation

Vers la fin de la décennie 1950, après sa sortie des Beaux-Arts, il s’est tourné vers la chanson. Il est rapidement devenu une figure marquante du mouvement des chansonniers. Son premier disque 45 tours intitulé Le Grand Jos est paru en 1959, sous étiquette Disques London. Puis un album, la même année, sous le titre Complexe de la chanson canayenne.

En 1963, il a obtenu son premier succès avec la chanson Le dernier des vrais.

Il est ensuite passé à la télévision, en 1970, pour animer l'émission de variétés Sous mon toit à Télé-Métropole.

Son plus grand succès en chanson, Le Frigidaire est sorti en 1972. Écrite par George Langford, elle a été traduite en quatre langues et diffusée à travers le monde.

Toujours au début des années 1970, Tex s’est retrouvé à la radio de CKAC où il a coanimé Le festival de l'humour, où ses talents d'humoriste étaient mis à profit aux côtés de Louis-Paul Allard, Roger Joubert et Pierre Labelle. Il est alors devenu célèbre pour ses Insolences d'un téléphone.

Au début des années 1980, sa popularité de peintre est devenue telle qu'il réussissait à vendre la presque totalité de sa production.

Louis-Paul Allard, Roger Joubert et Pierre Labelle s’étaient retrouvés à l'animation de l'émission Y'a plein de soleil à TQS en 1998. Shirley Théroux avait joint le projet par la suite. L'émission a été diffusée durant 13 saisons.

Avec les informations de La Presse canadienne

Arts