•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Irma : « Tous les Floridiens doivent être prêts à évacuer »

Un homme marche sur une plage de Daytona Beach vendredi matin.

Un homme marche sur une plage de Daytona Beach vendredi matin.

Photo : La Presse canadienne / AP/David Goldman

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À quelques heures de l'arrivée de l'ouragan Irma sur le sud de la Floride, le gouverneur Rick Scott n'en finit plus de presser ses concitoyens de quitter leur domicile, pour ceux qui ont reçu l'ordre de le faire (Nouvelle fenêtre), ou d'être prêts à le faire, pour tous les autres. Environ 20 millions de personnes sont concernées.

« Cette tempête est plus grande que tout notre État. Elle devrait avoir des impacts majeurs et mettre des vies en danger d’une côte à l’autre », a résumé le gouverneur Scott vendredi dans un point de presse.

« Souvenez-vous d’Andrew », a-t-il ajouté, en évoquant l’ouragan qui a dévasté le Sunshine State en 1992. « Ce fut la pire tempête de l’histoire de la Floride. Irma est plus dévastatrice sur sa trajectoire actuelle. Cette tempête est puissante et mortelle. »

« Je ne saurais trop insister là-dessus : n’ignorez pas les ordres d’évacuation. Rappelez-vous : nous pouvons rebâtir votre maison, mais pas votre vie. Tous les Floridiens doivent être prêts à évacuer. »

— Une citation de  Rick Scott

« L'ouragan Irma a des proportions épiques, c'est peut-être le plus gros que nous ayons jamais vu. Soyez en sécurité et dégagez de sa route, si possible », avait précédemment tweeté le président américain Donald Trump. « Le gouvernement fédéral est prêt. »

Visitez notre dossier sur les ouragans Harvey et Irma 

Un ouragan « extrêmement dangereux », selon le NHC

Irma, un ouragan de catégorie 4, est extrêmement dangereux (Nouvelle fenêtre), selon le Centre national des ouragans américain (NHC). Il se dirigeait vendredi matin vers les Bahamas et devrait toucher la côte nord de Cuba vendredi soir ou samedi matin.

Les eaux sur lesquelles se déplace Irma, entre Cuba et Bahamas, sont plus chaudes que la normale et pourraient intensifier le cyclone avant qu'il ne remonte vers la côte sud-est des États-Unis. L'œil de l'ouragan devrait frapper la Floride dimanche matin, mais les vents violents qui l'accompagnent pourraient arriver dès samedi matin.

Au moment de toucher la Floride, l'ouragan va « être réellement destructeur », a prévenu plus tôt en matinée le chef de l'agence américaine des situations d'urgence (FEMA), Brock Long.

« Ce n’est pas une question de savoir si la Floride sera frappée, c’est une question de savoir avec quelle force la Floride sera frappée. »

— Une citation de  Brock Long, chef de la FEMA

Des ordres d'évacuation obligatoire ont été lancés pour les zones côtières de la Floride et dans l'État de la Georgie. Plus d'un demi-million de citoyens du comté de Miami-Dade ont notamment reçu l'ordre d'évacuer leur domicile.

Les évacuations massives ont entraîné de graves pénuries d'essence dans la région de Miami-Fort Lauderdale, les ventes dépassant cinq fois la normale. Des centaines de personnes faisaient la file jeudi pour acheter bouteilles d'eau, provisions et essence, et pour quitter la ville avant l'arrivée d'Irma.

Dans ce supermarché de Kissimmee, en Floride, les clients se heurtent à des étagères vides en raison des provisions que se sont faites de nombreux résidents. Des scènes similaires se déroulent à de très nombreux endroits.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dans ce supermarché de Kissimmee, en Floride, les clients se heurtent à des étagères vides en raison des provisions que se sont faites de nombreux résidents. Des scènes similaires se déroulent à de très nombreux endroits.

Photo : Reuters / Gregg Newton

Le fournisseur d'électricité Florida Power & Light (FPL) a par ailleurs annoncé la fermeture, à compter de vendredi soir et de samedi matin, de ses deux centrales nucléaires sur les côtes de la Floride, à six mètres au-dessus du niveau de la mer.

Le gouverneur Scott a aussi ordonné la fermeture de toutes les écoles publiques jusqu'à lundi.

Le Centre spatial Kennedy, près du Cap Canaveral, a également fermé ses portes jusqu'à mardi. Le personnel non essentiel a d'ores et déjà été libéré.

Les parcs d'attractions Universal, à Orlando, ont fait savoir qu'ils fermeront leurs portes dès 19 h, samedi, et que leurs installations ne devraient rouvrir que mardi. Le parc Sea World sera aussi fermé dimanche et lundi. Disney n'a pas encore fait connaître ses plans.

La Virginie en état d'urgence

Le gouverneur de la Virginie, Terry McAuliffe, a déclaré l'état d'urgence vendredi, en prévision de l'arrivée d'Irma. Cette décision permet de mobiliser des ressources humaines et matérielles en vue de possibles opérations de secours. Le gouverneur dit croire que son État subira des impacts « significatifs » de la tempête.

La marine américaine a fait savoir dans un communiqué que le porte-avions Abraham Lincoln, le navire USS New York et le véhicule amphibie Imo Jiwa sont prêts à intervenir lors d'opérations d'urgence.

Des dommages potentiellement sans précédent

Andrew a été le dernier ouragan de catégorie 5 à frapper la Floride, en 1992. Il avait fait 65 morts, détruit 63 000 maisons et entraîné des pertes économiques de 26,5 milliards de dollars, en incluant les contrecoups subis par l'industrie touristique de l'État.

Selon une étude de la firme d'assurances Swiss Re, publiée plus tôt cet été, un ouragan de la même puissance qui toucherait terre au même endroit, au sud-ouest de Miami, pourrait cependant engendrer des pertes quatre fois plus importantes, en raison du développement immobilier survenu depuis.

Une bonne portion des dommages pourraient ne pas être couverts par les assureurs, ce qui pourrait « sans aucun doute » plomber l'économie du sud de l'État « pendant plusieurs années, nuisant à sa capacité à récupérer ».

Cela s'explique par le fait que depuis le passage d'Andrew, environ 6 millions de personnes de plus se sont installées dans des villes du sud et du centre de la Floride. De nombreux immeubles en logement ont notamment poussé le long de la côte est floridienne.

Une certaine proportion de ces nouveaux résidents pourraient par ailleurs ne pas être adéquatement préparés à subir le passage d'un tel ouragan.

Cette famille de Bradenton placarde sa résidence en prévision de l'arrivée d'Irma.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cette famille de Bradenton placarde sa résidence en prévision de l'arrivée d'Irma.

Photo : Getty Images / Brian Blanco

Dans la foulée d'Andrew, des règles de construction plus sévères ont été ajoutées au code du bâtiment de l'État : les toits doivent être attachés plus solidement aux maisons et les fenêtres doivent être plus résistantes aux impacts qu'auparavant. Toutefois, 70 % des constructions du sud de la Floride ont été érigées avant l'entrée en vigueur de ces nouvelles règles et n'y ont donc pas été assujetties.

D'autres experts observent que le niveau de l'eau sur les côtes de la Floride a augmenté de plus de 8 centimètres depuis le passage d'Andrew. Cela pourrait aussi faire une différence lorsque les fortes vagues qu'engendrera inévitablement Irma arriveront sur les plages. Ces vagues pourraient atteindre de 1 à 3 mètres, selon le gouverneur Scott.

La tempête doit aussi laisser de 20 à 30 centimètres de pluie dans son sillage.

Toute la partie de l'État située au sud de l'autoroute 75, reliant Naples, sur la côte ouest, à la région de Fort Lauderdale, sur la côte est, se trouve tout juste à 3 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Avec les informations de Associated Press, Reuters, et New York Times

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !