•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick manque de psychologues scolaires

Un jeune homme assis entre des casiers souffre de santé mentale

« Certaines écoles ont la visite d’un psychologue une journée par semaine », affirme Lucie Martin, de l'AEFNB.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un psychologue pour 1000 élèves : une réalité qui n'existe toujours pas au Nouveau-Brunswick. C'est pourtant ce que recommandait le rapport MacKay au gouvernement, il y a déjà 11 ans.

Un texte de Anaïs Brasier

En ce début d’année scolaire, 14 384 élèves sont inscrits dans les écoles du district scolaire francophone Sud. Quatorze postes de psychologues sont prévus pour répondre à leurs besoins, mais trois de ces postes ne sont pas pourvus. Le district scolaire francophone Sud se retrouve donc plutôt avec un psychologue pour 1300 élèves.

Certaines écoles ont la visite d’un psychologue une journée par semaine. C’est insuffisant.

Lucie Martin, présidente de l’Association des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick

Dans le district scolaire francophone Nord-Est, 9286 élèves sont inscrits. Trois postes de psychologue scolaire sont pourvus. Trois psychométriciens offrent également leurs services (employés qui ont la formation de psychologue, mais qui n'ont pas encore passé l'examen de la province). Deux postes de psychologues sont pourvus par des travailleurs sociaux. Il y a donc un psychologue pour 1500 élèves dans le Nord-Est, si on tient compte des psychométriciens.

Nous avons affiché ces postes à plusieurs reprises, mais n’avons pas obtenu de succès pour les combler.

Annie LeBlanc-Lévesque, du district scolaire francophone Nord-Est

Des listes d’attente de trois ans

« [On n'a pas répondu aux] besoins à court et à long terme de nos élèves », lance d’emblée Lucie Martin, présidente de l’Association des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick.

Elle explique qu’il y a des listes d’attente même pour les évaluations psychométriques des élèves : « Des évaluations qui nous permettent de connaître les besoins précis de chaque élève ». Parfois, des élèves peuvent être sur la liste d’attente pendant deux, voire trois ans, dit-elle.

Lucie Martin

Lucie Martin entreprendra son mandat de présidente de l'AEFNB le 1er août.

Photo : Radio-Canada

Une situation qui ajoute une responsabilité importante sur les épaules des enseignants, qui n’ont pas les ressources pour répondre de façon adéquate aux problèmes de santé mentale de certains jeunes.

Le rapport MacKay, dépassé ?

Pour Lucie Martin, les recommandations du rapport MacKay (Nouvelle fenêtre) ne sont même plus suffisantes : « Il date de 2006, on a vu le changement dans nos écoles depuis ».

Le stress qui est présent dans nos maternelles, on voyait pas ça 10 ans passés.

Lucie Martin, présidente de l’Association des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick

Selon la présidente de l’AEFNB, les problèmes psychologiques des élèves ont évolué depuis 2006 : dépression, pressions familiales et stress provenant des réseaux sociaux font partie de leur quotidien. Le stress se fait même sentir dès l’école primaire.

Pénurie, pas seulement de psychologues

Le manque en ressources humaines ne se fait pas seulement sentir chez les psychologues dans les écoles francophones du Nouveau-Brunswick. Selon Lucie Martin, cela comprend les orthophonistes, les spécialistes en autisme, les enseignants-ressources et les travailleurs sociaux.

L’AEFNB affirme faire constamment pression sur le gouvernement du Nouveau-Brunswick pour ajouter des ressources spécialisées dans les écoles. Ce dernier n’a pas répondu aux demandes d’entrevue de Radio-Canada.

Le district francophone scolaire Nord-Ouest n’a pas encore fourni le nombre d’élèves inscrits cette année.

Nouveau-Brunswick

Éducation