•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Demande de suspension d'Énergie Est : « pas une bonne nouvelle » pour le Nouveau-Brunswick

Un pipeline

Un pipeline

Photo : TransCanada

Radio-Canada

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, a exprimé sa déception jeudi soir après l'annonce de TransCanada qui a demandé à l'Office national de l'énergie (ONE) la suspension temporaire de l'examen de son projet d'oléoduc Énergie Est.

Ce projet doit relier les sables bitumineux de l'Alberta au port de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. Il constitue l'un des piliers de la stratégie de développement économique du gouvernement Gallant.

L'ONE a annoncé le mois dernier une évaluation plus approfondie du projet. Il souhaite tenir compte des émissions de gaz à effet de serre pendant la construction et l'exploitation de l'oléoduc. TransCanada dit maintenant vouloir procéder à un « examen attentif » de l'impact des nouveaux critères sur les coûts, les échéanciers et la viabilité du projet.

« Disons les choses comme elles le sont. La demande de TransCanada de suspendre l’examen de son projet afin de réévaluer la viabilité de l’oléoduc Énergie Est n’est pas une bonne nouvelle pour ceux qui souhaitent la construction de ce pipeline. Notre gouvernement est de ce nombre », a déclaré Brian Gallant jeudi soir, par voie de communiqué.

Brian Gallant

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick Brian Gallant

Photo : Radio-Canada / Brian Chisholm

Le premier ministre maintient son appui au projet et dit croire que, si TransCanada maintient le processus d'examen, l'oléoduc finira par être approuvé en dépit des nouveaux critères de l'ONE. En plus d'évaluer les émissions de gaz à effet de serre indirectes du projet, l'Office veut aussi donner plus de visibilité à l’évaluation des risques associés aux accidents tels que des fuites de pétrole.

L'oléoduc de 4500 kilomètres doit acheminer quotidiennement 1,1 million de barils de pétrole des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'au Nouveau-Brunswick, en passant par le Québec et l'Ontario.

Le pétrole est destiné aux raffineries de l'est du pays, mais aussi aux marchés d'exportation, à partir du port de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

C'est un projet qui comporte de nombreux avantages pour l'économie canadienne dans son ensemble, selon Brian Gallant, et c'est pour cette raison qu'il doit être approuvé selon lui. Il créerait de nombreux emplois et aiderait à diversifier nos marchés d'exportation du pétrole, souligne-t-il, tout en réduisant notre dépendance au pétrole étranger et en permettant le transport sécuritaire du pétrole de l'Alberta.

Le pipeline Énergie Est doit aboutir dans le port de Saint-Jean, au N.-B., où un terminal pétrolier doit être construit.

Le pipeline Énergie Est doit aboutir dans le port de Saint-Jean, au N.-B., où un terminal pétrolier doit être construit.

Photo : CBC

Il reconnaît toutefois que TransCanada finira peut-être par abandonner le projet et cherche à se faire rassurant : « [...] Je veux assurer la population du Nouveau-Brunswick que nous n’avons jamais incorporé l’oléoduc Énergie Est dans nos objectifs financiers », dit-il.

La croissance économique du Nouveau-Brunswick n'a pas été aussi forte depuis 10 ans, précise-t-il. « Même sans ce projet, notre objectif d’équilibrer le déficit d’ici 2020 tient toujours. »

Un coup dur pour le Nouveau-Brunswick, selon l'opposition

Même si elle ne croit pas que le projet soit mort, l'opposition officielles à Fredericton accuse le premier ministre Brian Gallant de ne pas l'avoir suffisamment défendu.

« Brian Gallant a failli à sa tâche de protéger [...] les intérêts des Néo-Brunswickois », a déclaré le porte-parole du Parti progressiste-conservateur en matière d'énergie, Glen Savoie. « Tous les grands projets ici dans la région de Saint-Jean, il a failli à sa tâche et c’est intéressant [de noter] qu’il se soit nommé ministre régional pour la région de Saint-Jean [lors du remaniement ministériel de mardi]. Il a failli à tous les grands projets qui étaient importants pour cette région! »

Glen Savoie, porte-parole du PCNB en matière d'Énergie

Glen Savoie, porte-parole du PCNB en matière d'Énergie

Photo : Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick

L'opposition ne croit d'ailleurs pas que le Nouveau-Brunswick puisse se passer d'Énergie Est. « Pour Brian Gallant de gérer les finances du Nouveau-Brunswick sans grand projet comme Énergie Est, la seule méthode qu’il a [...] c’est de hausser les taxes. Soyez prêts pour plus de taxes à l’avenir », lance M. Savoie.

À la Chambre de commerce de Saint-Jean, on rapporte avoir reçu plusieurs appels de membres très déçus, vendredi matin. La Chambre de commerce a tout de même bon espoir que le projet ira de l'avant..

Le projet Énergie Est a perdu de la valeur pour TransCanada depuis que le président américain Donald Trump a signé plus tôt cette année un décret présidentiel visant à relancer son projet d’oléoduc Keystone XL, qui transportera du pétrole des sables bitumineux albertains aux raffineries américaines.

L'oléoduc Énergie Est doit relier les sables bitumineux de l'Alberta au port de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

L'oléoduc Énergie Est doit relier les sables bitumineux de l'Alberta au port de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Avec les informations de Reuters

Industrie pétrolière

Économie