•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

52,3 M$ d'investissements chez Kruger de Sherbrooke

L'usine de Kruger Sherbrooke, située dans l'arrondissement de Brompton.

L'usine Kruger de Sherbrooke, située dans l'arrondissement de Brompton.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

EXCLUSIF - L'usine Kruger de Sherbrooke pourra finalement diversifier ses opérations grâce à un important investissement total de plus de 52 millions de dollars. L'entreprise spécialisée dans la fabrication de papier journal se lance dans un nouveau créneau.

Un texte de Brigitte Marcoux

Selon ce que Radio-Canada a appris, grâce à cet investissement substantiel, l'usine Kruger de l'arrondissement de Brompton pourra explorer un nouveau marché afin d'assurer son futur dans ce monde où l'avenir du papier journal est plus qu'incertain. La papetière se lancera dans la fabrication de papier d'emballage alimentaire.

« Pour réaliser ce projet de diversification, Papiers de spécialité Kruger Holding S.E.C. investira 107,5 millions de dollars au cours des trois prochaines années pour permettre aux usines de Brompton et Wayagamack de réduire graduellement la production de certains produits en décroissance, tels que le papier journal et le papier pour magazines, tout en accédant à de nouveaux marchés en croissance à travers le monde », peut-on lire dans un communiqué publié vendredi matin.

Québec partenaire

Kruger et le gouvernement du Québec ont conclu un partenariat en vertu duquel Investissement Québec accorde des prêts et une garantie de prêt totalisant 59,8 millions de dollars, et acquiert une prise de participation de 37,5 %, soit 44,6 millions de dollars, dans la nouvelle entité Papiers de spécialité Kruger Holding S.E.C. Celle-ci regroupe les actifs des usines de Sherbrooke et de Wayagamack, ainsi que la centrale de cogénération à la biomasse adjacente à l'usine du secteur de Brompton.

Certains équipements seront transformés afin de pouvoir produire un papier de grade différent. Ce papier pourrait par exemple être utilisé pour emballer des sachets de sel, de sucre, ou encore des pains de boulangerie. La nouvelle de cet investissement sera sans doute bien accueillie par les employés, puisque Kruger travaillait depuis plus d'un an sur le projet.

Cette annonce permettra de consolider les emplois des 210 travailleurs qui ont renouvelé leur convention collective en avril dernier.

Pour le professeur Luc Bouthillier, du Département des sciences du bois et de la forêt à l'Université Laval, ce nouveau marché s'inscrit dans la stratégie de l'entreprise familiale.

C'est un peu dans l'ADN de Kruger d'être toujours à l'affût d'innovation technologique, ça fait partie de la culture de l'entreprise. Ces gens-là sont très attentifs pour trouver des occasions de marchés. Et on ne se lance pas dans une aventure comme ça si on n'a pas de carnet de commandes préexistant.

Luc Bouthillier, professeur, Département des sciences du bois et de la forêt à l'Université Laval

L'investissement auquel participera le gouvernement québécois permettra de transformer de l'équipement déjà utilisé dans l'usine de Brompton.

Au terme de l'initiative, l'usine de Brompton aura cessé complètement la production de 200 000 tonnes par année de papier journal et se consacrera exclusivement aux nouveaux produits de spécialité. En 2014, la papetière avait procédé à une centaine de mises à pied en raison de l'effondrement du marché de la presse écrite et des journaux imprimés.

Les employés ont été informés de cette annonce par communiqué interne au cours de la matinée de jeudi. La direction leur a offert le déjeuner vendredi et ils ont eu droit à une présentation officielle dès 8 h, dévoilant tous les détails de l'investissement.

L'annonce officielle aux médias se déroulera en après-midi à l'usine de désencrage. Le président du conseil et chef de la direction de Kruger, Joseph Kruger, sera sur place afin de confirmer ce projet important pour l'avenir de l'usine du secteur de Brompton. Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, sera également présent pour procéder au dévoilement de ce projet d'investissement. Plus tôt vendredi matin, il s'est rendu à l'usine Kruger Wayagamack de Trois-Rivières. Aux deux endroits, des visites des installations étaient prévues, selon l'agenda reçu du bureau du premier ministre.

Une pile de journauxAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une pile de journaux

Photo : iStock

Déclin du papier journal

Selon le professeur Luc Bouthillier, le déclin rapide du papier journal oblige les papetières à faire preuve d'audace pour assurer leur avenir. « Il y a 15 ans, on produisait 12,3 tonnes métriques de papier journal; aujourd'hui, on en produit à peine 4 tonnes métriques. Les papetières ont tout intérêt à prendre le leadership dans une technologie nouvelle où tout est possible et le marché est ouvert. »

Luc Bouthillier, professeur spécialisé en politique forestière et évaluation environnementale à l'Université LavalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Luc Bouthillier, professeur spécialisé en politique forestière et évaluation environnementale de l'Université Laval

Photo : Radio-Canada

Estrie

Économie