•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les crédits d'impôt à Ubisoft font réagir

Frontispice de l'édifice Ubisoft Québec

Extension Ubisoft au Saguenay

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'aide financière accordée par le gouvernement du Québec au géant français des jeux vidéo Ubisoft ne fait pas l'unanimité.

Des entrepreneurs québécois estiment que le moment est mal choisi pour soutenir financièrement la création d'emplois dans ce secteur, alors qu'il est difficile de recruter du personnel spécialisé dans les technologies au Québec.

D'après eux, il faudrait plutôt investir dans la formation et faire venir des travailleurs de l'étranger.

La réalité, c'est que dans le domaine de la technologie, tous les dirigeants vont vous dire qu'ils ont du mal à engager des gens.

Louis Têtu, PDG, Coveo

Selon Louis Têtu, le PDG de Coveo, la province accuse un retard sur le plan numérique. Elle aurait besoin de 100 000 talents dans ce secteur alors qu'on en compte environ 70 000 à l'heure actuelle.

Son entreprise se spécialise dans les technologies de recherche et de personnalisation par intelligence artificielle.

« D'une part, l'entreprise québécoise doit compétitionner sans crédit d'impôt contre Ubisoft qui a des salaires subventionnés à 37 %. L'entreprise qui souhaite se numériser, on ne lui donne pas de crédit d'impôt­ », a affirmé Louis Têtu en entrevue avec Gérald Fillion à ICI RDI.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !