•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents font appel à la justice pour une nouvelle école francophone

Jean de Dieu Ndayahundwa.

Jean de Dieu Ndayahundwa représente le Collectif des parents inquiets et préoccupés

Photo : Radio-Canada / Andréanne Apablaza

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Collectif des parents inquiets et préoccupés déposera un recours judiciaire contre le gouvernement saskatchewanais au plus tard en novembre, afin d'obtenir notamment une nouvelle école primaire à Regina.

Alors que l'École Monseigneur de Laval à Regina accueille davantage d'élèves cette année, le collectif s'alarme des conditions dans lesquelles les enfants sont contraints à étudier.

Son représentant, Jean de Dieu Ndayahundwa, estime que les infrastructures et les services scolaires offerts à la communauté francophone minoritaire de Regina n'ont pas la même valeur que ceux offerts à la majorité anglophone.

« Le fait qu'il y a plus d'inscriptions alors qu'il n’y a pas assez d'espace, la qualité d'enseignement va en prendre un coup. En plus, la capacité officielle, c'est 250 élèves admis pour l'école primaire. Or, il y a le double [des effectifs], alors au niveau de la sécurité, on a dépassé les normes », déclare-t-il.

Manque d’action

Jean de Dieu Ndayahundwa critique le manque d'implication du Conseil des écoles fransaskoises (CEF) dans le recours judiciaire. D’autres communautés veulent que le recours s’élargisse à des villes comme Saskatoon et Prince Albert.

« Si ces régions sont capables de mobiliser des ressources financières pour aller en cour avec nous, on ne voit aucun problème avec cela, mais c'était le rôle du conseil scolaire fransaskois de parler pour tout le monde. Ils n'ont pas avancé le dossier », dit-il.

De son côté, le CEF affirme dans un communiqué être conscient du manque d'espace dans certaines écoles. Il ajoute qu'il est en communication avec le ministère provincial de l'Éducation et qu'il souhaite travailler avec les parents pour trouver des solutions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !