•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Texas vert

Le reportage de Christian Latreille
Radio-Canada

Cet État reconnu pour ses immenses réserves de pétrole et de gaz naturel est aujourd'hui le premier producteur éolien aux États-Unis et un chef de file en énergie solaire.

Un texte de Christian Latreille

La petite ville républicaine de Georgetown, au Texas, est devenue cette année la deuxième agglomération aux États-Unis, après Burlington, au Vermont, à utiliser 100 % d’énergie renouvelable.

« C’était au départ une décision d’affaires », affirme le maire de Georgetown, Dale Ross.

Tous les contrats de production d’électricité pour la municipalité, les résidents et les entreprises sont maintenant en énergie propre.

Dale RossDale Ross, le maire de Georgetown, au Texas Photo : Radio-Canada / Marcel Calfat

Nous avons négocié avec les compagnies d’énergie éolienne et solaire des contrats d’approvisionnement d’une durée de 20 à 25 ans, où le prix ne change pas.

Dale Ross, maire de Georgetown

Une mesure dont est fier le maire Ross, qui va permettre à Georgetown d’économiser environ 10 millions de dollars par année.

Des éoliennes dans le brouillardDes éoliennes dans les environs de La Grulla, au Texas, près de la frontière avec le Mexique, l;e 10 décembre 2015 Photo : Getty Images / John Moore

Le virage vert de cette ville conservatrice du Texas attire des entreprises comme la brasserie Rentsch. Le copropriétaire Andrew Rentschler se vante de brasser ses bières locales à l’aide de l’énergie du vent.

Andrew RentschlerAndrew Rentschler, copropriétaire de la brasserie Rentsch Photo : Radio-Canada / Marcel Calfat

Ce qui est formidable, c’est que nos produits sont écoresponsables. Et ça, c’est important pour plusieurs de nos clients.

Andrew Rentschler

Bien avant la décision de l’administration Trump de se retirer de l'Accord de Paris sur la lutte contre les changements climatiques, plusieurs villes et entreprises du Texas étaient déjà en mode environnemental.

C’est le cas du réseau Sun Radio. Il exploite ses sept stations de radio, dans la région d’Austin, à l’énergie solaire.

Des panneaux solairesCes panneaux solaires alimentent en énergie une station de Sun Radio, au Texas. Photo : Radio-Canada

Le fondateur de Sun Radio, Daryl O’Neal, s’est débranché du réseau électrique traditionnel en 2009.

 Daryl O’NealLe fondateur de Sun Radio, Daryl O’Neal Photo : Radio-Canada / Marcel Calfat

Nous avons retrouvé notre liberté avec une facture d’électricité presque nulle. L’énergie solaire nous distingue des autres stations commerciales. C’est devenu notre marque de commerce.

Daryl O’Neal, fondateur de Sun Radio

L’État du pétrole produit maintenant 30 % de son électricité à l’aide des énergies renouvelables. Même les compagnies pétrolières et gazières investissent dans le solaire et l’éolien.

Todd StaplesTodd Staples, président de l’Association des producteurs de pétrole et de gaz du Texas Photo : Radio-Canada / Marcel Calfat

« Nos membres sont ouverts à toutes les formes d’énergie, mais les énergies fossiles sont encore essentielles pour assurer la fiabilité du réseau électrique », déclare Todd Staples, président de l’Association des producteurs de pétrole et de gaz du Texas.

Un puits de pétrole Un puits de pétrole près de Midland, au Texas Photo : Radio-Canada / Marcel Calfat

Pour sa part, le maire républicain de Georgetown, Dale Ross, ne pensait jamais devenir un jour un porte-parole pour l’environnement.

Les médias du monde entier visitent sa ville pour constater l’impensable : une ville du Texas qui vire à l’énergie verte!

Des panneaux solairesDes panneaux solaires sur une route du Texas, dans les environs de Georgetown Photo : Radio-Canada / Marcel Calfat

Le maire Ross ose même une étonnante prédiction : « D’ici 2045, 80 % des États-Unis dépendront de l’énergie éolienne et solaire », selon lui.

Amériques

International