•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Mon comportement n’a pas été correct » - Éric Tétrault

Les explications de Sébastien Bovet
Radio-Canada

Le candidat libéral dans Louis-Hébert, Éric Tétrault, reconnaît avoir eu un « comportement incorrect » à l'égard de certains employés lorsqu'il était cadre à ArcelorMittal. Il dit regretter ses paroles et ses gestes et réaffirme sa volonté de demeurer candidat pour le Parti libéral du Québec (PLQ).

La Presse a rapporté mercredi matin que M. Tétrault avait fait l'objet de plusieurs plaintes lorsqu'il était directeur des affaires publiques à ArcelorMittal. Selon le quotidien, un rapport d'enquête commandé par l’entreprise en 2014 fait état de harcèlement psychologique à l’endroit de deux femmes et d’intimidation envers d’autres employés.

Éric Tétrault aurait été à l'origine du départ en congé de maladie d’au moins trois employés. On lui reprochait de piquer de nombreuses colères et de dénigrer fréquemment ses employés. Il aurait également eu un comportement inapproprié envers des femmes, dont il ne se gênait pas de commenter le physique.

Le candidat du PLQ reconnaît avoir mal agi, mais dément toutefois s’être livré à du harcèlement psychologique et avoir proféré des menaces. Il fait remarquer qu’ArcelorMittal a décidé de ne retenir aucune plainte contre lui au terme de son enquête.

« Je n’ai pas menacé les gens, là. Faut quand même pas exagérer […] Mon comportement n'a pas été correct envers ces gens-là. Ça, je veux être très clair là-dessus […] Je le reconnais d'emblée. C'est pour ça que j'offre mes regrets et mes excuses », a déclaré Éric Tétrault en entrevue à Radio-Canada.

Il n’y a pas eu de plainte […] qui a été retenue là-dedans. Ça ne veut pas dire que je n’ai pas pu être un peu carré, puis un peu abrasif dans certaines situations.

Éric Tétrault, candidat libéral dans Louis-Hébert

« Contexte difficile »

Éric Tétrault a tenu à rappeler que les événements qu’on lui reproche s’étaient produits à une époque où l’industrie minière connaissait des difficultés. Il ajoute que « la pression intense » exercée par la direction d’ArcelorMittal pour réduire les coûts et augmenter la production explique en partie son comportement à l’égard de certains employés.

« Je me suis retrouvé dans certains cas à transférer cette pression-là sur les employés en n'ayant pas toujours le bon langage, peut-être en n'ayant pas toujours la bonne attitude. Je le reconnais aujourd'hui. »

Une compagnie minière, quand ça va bien, ça fait des sous, quand ça va mal, ça essuie beaucoup de pertes. Tous les hauts dirigeants, moi inclus, faisaient l'objet d'une intense pression de la part de la direction.

Éric Tétrault

« Je reste jusqu’au bout »

Malgré cette controverse le concernant, Éric Tétrault a l’intention de demeurer candidat en vue de l’élection partielle qui se tiendra dans la circonscription de Louis-Hébert le 2 octobre prochain.

Je reste jusqu’au bout, je sais que les gens vont très bien comprendre la situation. Moi, je suis passé à autre chose.

Éric Tétrault

Le candidat assure avoir la confiance de son chef, le premier ministre Philippe Couillard.

« J’en ai discuté avec lui hier, on en est arrivés lui et moi à la même conclusion. Il faut savoir reconnaître ses torts dans la vie, et comme homme politique, il l’a toujours fait et moi aussi et je ne vois pas de raison de ne pas continuer. »

Éric Tétrault dit espérer que ses adversaires délaisseront « les attaques personnelles » et accepteront de tenir des « débats de fond » sur les enjeux dans Louis-Hébert.

Québec

Politique