•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un incubateur pour aider l’innovation en santé en Alberta

Deron Bilous

Deron Bilous, le ministre du Développement économique de l'Alberta

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un accélérateur d'entreprises en démarrage dans le domaine de la santé verra le jour à Edmonton. Il s'agit d'une initiative de TEC Edmonton, un centre d'innovation spécialisé dans la création d'entreprises, à laquelle s'est joint le secteur public, privé et philanthropique.

Le nouvel incubateur d'entreprises médicales aura pour but d’aider les entrepreneurs en santé à concevoir et à commercialiser leurs idées.

Selon le directeur général de TEC Edmonton, Chris Lumb, cette aide peut comprendre, un accès au financement, des conseils sur la mise en marché d'un produit ou pour mieux comprendre les règles commerciales.

Le financement de l'accélérateur provient du fonds d'innovation albertain de l'entreprise pharmaceutique américaine Merck, auquel participent la Fondation de l'Université de l'Alberta et le ministère du Développement économique albertain, qui y investit 900 000 dollars.

Le ministre du Développement économique de l’Alberta, Deron Bilous, estime que ce genre de partenariat avec le privé permet de réduire les dépenses du gouvernement.

« Nous investissons dans les recherches à travers les établissements comme l’Université de l’Alberta, mais les jeunes entreprises aussi ont besoin de financement, croit-il. Ça nous permet de réduire les coûts dans le système de santé, en Alberta, mais ailleurs aussi. »

Chris LumbAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Chris Lumb, le directeur général de TEC Edmonton

Photo : Radio-Canada

En plus d'aider les entreprises albertaines à se développer, le ministre espère que l'accélérateur et son expertise inciteront d’autres entreprises en technologies de la santé à venir s’installer en Alberta.

En utilisant l’incubateur, les entreprises gardent tous les droits sur leur technologie. Cependant, les avancées technologiques doivent être dans les champs d’intérêt de Merck, selon Chris Lumb.

« Merck n’a aucun accès à l’invention et n’a aucun droit sur l’entreprise », dit-il.

Il ajoute cependant que Merck obtient un premier regard sur les jeunes entreprises avant les autres investisseurs. La multinationale a donc l'occasion de faire des investissements rentables grâce à ses jeunes entreprises.

Avec les informations de Nicolas Pelletier

Alberta

Innovation technologique