•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Partage de photos intimes à Bridgewater : la peine sera prononcée mercredi

L'édifice vu de l'extérieur

Le palais de justice de Bridgewater en Nouvelle-Écosse.

Photo : CBC/Brett Ruskin

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Six garçons de la Nouvelle-Écosse qui ont admis avoir échangé des photos intimes d'au moins 20 filles sans leur consentement connaîtront leur peine mercredi au palais de justice de Bridgewater, au sud d'Halifax.

Les garçons sont tous originaires de la région de Bridgewater. Ils ont avoué avoir créé un groupe Facebook privé où ils échangeaient des photos de filles, âgées de 13 à 17 ans.

Leur peine devait être prononcée le 31 juillet, mais l’affaire a été ajournée parce qu’un des accusés n’avait pas respecté les exigences d'un rapport présentenciel.

Les avocats de la défense ont aussi demandé plus de temps après que la Couronne a présenté un exposé des sanctions proposées.

Le document de 21 pages, soumis à la cour provinciale de Bridgewater, ne recommande pas une peine de prison. Il propose que les garçons soient soumis à une interdiction d’utilisation des réseaux sociaux comme Twitter et Facebook.

Il s’agit d’une des causes les plus importantes au Canada concernant une loi relativement peu testée jusqu'ici. Cette loi, adoptée en 2015, vise à lutter contre le partage non consensuel d’images intimes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !