•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui sont les Dreamers?

Deux jeunes tiennent des pancartes sur lesquelles sont écrites des slogans en faveur des Dreamers.
Jovan Rodrigo et Gloria Mendoza prennent part à une manifestation contre la fin du programme DACA qui empêche l'expulsion des jeunes migrants sans papiers, le 5 septembre 2017, à New York. Photo: Getty Images / John Moore

L'administration Trump a annoncé la fin du programme permettant aux Dreamers, arrivés aux États-Unis alors qu'ils étaient enfants, de rester au pays. Portrait en chiffres et graphiques de ces jeunes qui pourraient être expulsés.

Un texte de Ximena Sampson

1. Qui sont-ils?

Les Dreamers sont des enfants de migrants arrivés illégalement aux États-Unis. Leur surnom vient d’une loi proposée en 2001, mais jamais adoptée, le Development Relief and Education for Alien Minors Act, qui proposait de régulariser la situation de ceux d’entre eux qui fréquentaient un collège ou s'enrôlaient dans les forces armées.

L’administration Obama a mis en place en 2012 un programme, le Deferred Action for Childhood Arrivals (DACA) permettant à ceux qui sont arrivés avant 2007 et alors qu'ils avaient moins de 15 ans, de rester temporairement aux États-Unis.

Selon un sondage mené auprès de 3063 de ces jeunes pour le compte du Center for American Progress, leur âge moyen lors de leur arrivée aux États-Unis était de six ans et demi. Leur âge moyen est aujourd'hui de 25 ans.


2. Combien sont-ils?

Au 31 mars 2017, 787 580 jeunes bénéficiaient du programme, sur un total de 1,3 million de personnes admissibles.


3. D'où viennent-ils?

Dans le sondage du Center for American Progress, 92,6 % se définissent comme hispaniques. De plus, près de 80 % sont originaires du Mexique.

 

4. Où vivent-ils?

Il y a des bénéficiaires du DACA dans tous les États américains. Près de la moitié vivent toutefois en Californie et au Texas.

 

5. Quels sont leurs revenus?

La grande majorité des Dreamers travaille. Dans le sondage mené pour le compte du Center for American Progress, 91,4 % disent occuper un emploi.

 

Le 31 août dernier, des patrons de grandes entreprises du pays, dont Amazon, Apple, Facebook, General Motors et Microsoft, ont d'ailleurs signé une lettre ouverte soulignant les conséquences économiques de la remise en cause du programme DACA. Ils évoquaient des pertes potentielles de 460,3 milliards de dollars pour le PIB américain.

Amériques

International