•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les informations transportées par les sondes Voyager revues par un physicien

Illustration de la sonde Voyager

La sonde Voyager est le premier objet fabriqué par l'humanité ayant quitté le système solaire.

Photo : NASA

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un physicien de l'Université Saint Mary's, à Halifax, fait une critique du contenu des disques transportés par les sondes Voyager 1 et 2, lancées par la NASA il y a 40 ans.

Les deux engins transportent de manière symbolique un message tentant de résumer l'humanité. Les scientifiques à l’origine du projet espéraient qu'un jour une forme de vie évoluée décode ce contenu.

Le physicien Mike Dunlavy, de l'Université Saint Mary's, est fasciné par le sujet. Il a monté un studio avec du matériel de laboratoire pour produire un podcast. Les 14 épisodes de sa série intitulée Earth Mixtape sont diffusés chaque semaine sur Internet, sur iTunes, pour souligner le 40e anniversaire du programme Voyager.

Aidé de deux collègues, Mike Dunlavy passe en revue chacune des 116 photos figurant sur les disques en se demandant si elles reflètent bien l'humanité. Il dit que certains choix de photo l'intriguent. En général, selon lui, il aurait été préférable à l’époque de solliciter l'aide d'un plus grand nombre de collaborateurs étant donné l’ampleur de la tâche de représenter l'humanité.

L'album de cuivre contient des salutations en 55 langues et 27 pièces musicales. La sélection de musique est bonne, estime Mike Dunlavy. Elle comprend des morceaux de plusieurs cultures. C'est bien fait, explique-t-il, compte tenu des contraintes de temps à l’époque. Ils n'ont eu que six ou sept mois pour faire la sélection, précise-t-il.

Voyager 1 est à l’extérieur du système solaire, Voyager 2 s'approche aussi de cet espace.

La NASA confirme que les deux sondes sont toujours en contact quotidien avec la base.

Ces deux « bouteilles à la mer » ont d'infimes chances d'être découvertes un jour, selon le physicien. Elles ne seront pas découvertes de notre vivant, ajoute-t-il, car elles ne s'approcheront pour la première fois d'une étoile que dans 40 000 ans.

La NASA célébrera cette semaine le quarantième anniversaire du lancement des sondes.

D'après un reportage de Stéphanie Blanchet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !