•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première réunion en 20 ans pour la famille Dubuc au chalet familial

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des membres de la famille Dubuc devant le chalet familial

La famille Dubuc, qui a joué un rôle important sur le territoire de Saguenay, s'est réunie samedi au chalet familial.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une vingtaine de membres de la famille Dubuc se sont réunis samedi au chalet familial situé dans le parc national des Monts-Valin.

Ces derniers s’y rencontraient pour une première fois en plus de 20 ans.

Construit dans les années 1950, le chalet d'Antoine Dubuc a été laissé à l'abandon pendant des années.

La Pulperie de Chicoutimi et la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) ont rénové l’endroit pour en faire un bâtiment patrimonial.

« C'est un bel aménagement de respect de la nature, puis de faire profiter la population. Ça fait bien au cœur. Ce n'est pas tout à fait pareil, les arbres ont grandi, pas mal plus, mais la nature est toujours là », constate Alfred Dubuc, le fils d’Antoine Dubuc.

Un chalet en forêtAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chalet de la famille Dubuc dans le parc national des Monts-Valin.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Lamothe

La fierté familiale des Dubuc

La famille est fière de son histoire. Elle descend de Julien-Edouard Alfred Dubuc, député fédéral pendant 25 ans et l'un des fondateurs de la Compagnie de pulpe de Chicoutimi. Son fils, Antoine Dubuc, a lui aussi fait progresser Chicoutimi.

On a tous maintenant des enfants, des petits-enfants et arrière-petits-enfants donc c'est le fun de faire connaître l'histoire d'une partie du Québec et de notre famille.

Anik Isabelle, petite-fille d'Antoine Dubuc

La visite de la famille Dubuc est une mine d'or pour les autorités du parc national. Plusieurs d’entre eux se remémorent des souvenirs d’enfance qu’ils ont vécus à cet endroit.

« Pour nous, c'est une chance inouïe de pouvoir recueillir de l'information absolument précieuse et historique », souligne François Guillot, le directeur du parc national des Monts-Valin.

D’après le reportage de Gilles Munger.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !