•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse relative du nombre de visiteurs à la plage Parlee

La plage Parlee

Les chiffres de fréquentation ont baissé légèrement cette année à la plage Parlee.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La fréquentation de la plage Parlee à Shediac au Nouveau-Brunswick a diminué cet été, selon des données fournies par la province. Le nouveau système d'évaluation de la qualité de l'eau a engendré quinze interdictions de baignade cette année pour ce site touristique populaire.

Le nombre d'entrées quotidiennes, comptées par véhicules, se situe à 17 110 pour les mois de juin, juillet et août, alors qu'il était de 23 569 en 2016.

Le nombre de véhicules n'a pas été aussi bas depuis 2011, où il avait atteint 18 840.

Un camping toujours plus fréquenté que la moyenne

L'achalandage au camping cette année est légèrement inférieur à celui de l'an dernier : 10 649 nuitées ont été vendues cette saison, comparativement à 11 042 en 2016.

Malgré cette baisse, le nombre de sites vendus est en deuxième position dans les sept dernières années, précise la directrice des communications du ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture

« Le nombre de sites vendus a haussé de façon constante à partir de 8000, depuis que la province a pris possession du camping en 2011 », indique Valerie Kilfoil.

 

Quinze interdictions de baignade

En vertu du nouveau système d'évaluation de la qualité de l'eau établi en avril dernier, des interdictions de baignades ont été émises six fois à cause d'un taux trop élevé de bactéries à la plage Parlee, rapporte Valerie Kilfoil, mais la pluie en a causé plusieurs autres.

« En plus, un total de neuf avis d'interdiction de baignade ont été émis de manière préventive en raison de pluie qui dépasse les 10 mm dans une période de 24 h », dit-elle.

De ces neuf interdictions, Valerie Kilfoil indique que trois jours seulement ont abouti à des tests montrant des concentrations de bactéries au-delà des limites de sécurité.

Sur 106 jours de baignade, neuf jours ont donc connu des niveaux de bactéries jugés trop dangereux.

Le gouvernement tient à préciser que lors des interdictions de baignade, la plage n'est pas fermée au public. Le seul événement pouvant entraîner la fermeture d'une plage est un déversement de pétrole ou autre matière toxique, précise Valerie Kilfoil.

Un panneau sur lequel il est écrit que l'eau est impropre à la baignadeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Baignade interdite ou permise? Des panneaux à la plage Parlee informent les visiteurs.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Autres causes potentielles de la baisse d'achalandage

Pour la première fois, l'entrée aux véhicules était gratuite cette année le 1er juillet, pour célébrer le 150e anniversaire de la Confédération canadienne.

Puisque la fête du Canada est l'un des jours les plus achalandés de la saison touristique, cela pourrait expliquer en partie la baisse des ventes de permis, selon Valerie Kilfoil.

L'aménagement du site dans les dernières années a aussi donné un accès plus facile sans utiliser le stationnement, indique-t-elle. « De plus, la tendance est à la baisse quant au nombre de permis d'entrée aux véhicules, pour plusieurs raisons [...], qui donnent un meilleur accès pour déposer [les gens] et entrer à pied. »

Un graphique montre la diminution des ventes de permis de stationnementAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un graphique du gouvernement du Nouveau-Brunswick montre que le nombre de permis de stationnement vendus aux véhicules pendant l'été diminue de façon générale depuis 2004.

Photo : Ministère du Tourisme, Patrimoine et Culture

La saison estivale à la plage Parlee se terminera mardi.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Santé publique