•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Demande d'injonction contre le groupe de défense de l'eau potable de Chatham-Kent

Des résidents de Chatham-Kent frustrés par la construction d'éoliennes ont organisé un blocus le 29 août pour réclamer l'arrêt des travaux.

Des résidents de Chatham-Kent frustrés par la construction d'éoliennes ont organisé un blocus le 29 août pour réclamer l'arrêt des travaux.

Photo : Radio-Canada / Derek Spalding

Radio-Canada

Pattern Energy, qui gère le projet North Kent Wind, demande une injonction contre le groupe de défense de l'eau potable Water Wells First. Celui-ci bloque la construction d'éoliennes dans Chatham-Kent depuis le 29 août.

La société met de l'avant le « risque pour la sécurité » pour les militants, dont certains se sont enchaînés à leurs tracteurs et ont refusé de quitter les lieux, mais aussi pour les travailleurs du site au niveau de la Bush Line près de Dover.

« Nous devons fournir un environnement sûr pour nos travailleurs. Nous comprenons qu'il y a des problèmes concernant les eaux souterraines et nous nous sommes engagés à travailler avec la communauté », a déclaré la société dans un communiqué.

Le groupe Water Wells First reproche au projet North Kent Wind de sécréter du sable, du limon et des fragments de schistes noirs qui se retrouvent ensuite dans l'eau potable des puits. Le groupe reproche également au ministère de l'Environnement d'ignorer les preuves et de permettre ces travaux d'installation des pieux par battage pour des éoliennes qui contaminent l'eau potable selon eux.

Le maire de Chatham-Kent, Randy Hope, a écrit au ministre de l'Environnement, Chris Ballard, demandant une « intervention immédiate » concernant les problèmes de qualité de l'eau et faisant référence à des « rapports contradictoires ».

Les manifestants estiment en effet que le gouvernement ne fait pas les bons tests puisqu’il analyse l’eau alors que ce sont les sédiments qui bloquent les puits qui devraient l'être. Le maire évoque notamment « la peur et la préoccupation des résidents ».

Lundi la municipalité a fait savoir qu'elle allait contacter les résidents touchés par ces problèmes d'eau potable afin de faire analyser des échantillons. La Ville a identifié 17 laboratoires potentiels et déclaré qu'elle couvrira le coût de ces analyses sur cinq puits qui connaissent des problèmes de contamination de l'eau.

Windsor

Protection des écosystèmes