•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Junex accepte de discuter avec les Micmacs de la Gaspésie

Le puits Galt numéro 4 situé à une vingtaine de kilomètres de Gaspé.

Le projet pétrolier de Junex en Gaspésie est le plus avancé au Québec.

Photo : Radio-Canada / /CBC

Radio-Canada

À la suite d'une rencontre entre des représentants de la compagnie Junex et les trois chefs Micmacs de la Gaspésie, la pétrolière accepte de participer à une consultation.

Un texte de Brigitte Dubé en collaboration avec Léa Beauchesne

Les chefs ont réclamé cette consultation et exigé l’interruption des opérations sur le site du puits Galt no.4 pendant cette période de consultation.

Selon eux, il est urgent de discuter avec Québec et Junex pour leur faire comprendre que l'absence de discussion significative et d'accommodement ne sera plus tolérée. Ils se disent prêts à recourir aux tribunaux pour faire valoir leurs droits.

La consultation durera quatre mois au cours desquels Junex s’engage à ne pas entamer d'opération de forage. Selon la compagnie, qui s'est exprimée par voie de communiqué, ce processus de consultation est conforme à sa politique de développement durable. Jusqu'ici, il a été impossible de joindre un porte-parole.

Le chef de la communauté Mi'gmaq Listuguj en Gaspésie, Darcy GrayAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef de la communauté Mi'gmaq Listuguj en Gaspésie, Darcy Gray, mise aussi sur l'industrie du cannabis pour aider l'économie de sa communauté.

Photo : Elisa Serret

Selon le chef de Listuguj, Darcy Gray, c'est une réponse à des demandes répétées depuis longtemps.

C’est la première fois qu’ils écoutent.

Darcy Gray, chef de Listuguj

« Pour nous, mentionne-t-il, c'était important parce que c’est avec le dialogue que les choses vont s’améliorer. Ce sont les trois communautés micmaques qui vont travailler ensemble d'une seule voix. »

Le chef dit avoir perçu un changement d’attitude. Il ne fait pas de lien avec le barrage dressé par des militants au puits Galt il y a quelques semaines.

Pour les chefs, il est important de parler avec Québec avant Junex. Cette démarche n’est qu’un début. Ils entendent demander des consultations avec Pétrolia aussi.

Parlant en son propre nom, M. Gray indique qu’il n’est pas favorable à l’exploitation pétrolière.

Par ailleurs, des militants se trouvent toujours près de la route d'accès au puits Galt. Ils ont maintenu leur action depuis que la Sûreté du Québec a démantelé un barrage tenu par des activistes masqués.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Environnement