•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pilule abortive sera couverte par l’assurance médicament de la Saskatchewan

la pilule Mifegymiso

Mifegymiso est une pilule qui met fin de façon médicale à une grossesse, dans les premières semaines.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À partir du 5 septembre, la pilule abortive Mifegymiso sera couverte par le régime d'assurance médicaments de la Saskatchewan. Jusqu'à maintenant, 58 médecins de la province se sont inscrits afin de pouvoir prescrire le médicament.

Le gouvernement de la Saskatchewan a annoncé jeudi que le médicament sera couvert de la même manière que tout autre médicament d'ordonnance. Le coût de Mifegymiso dépendra du plan d'assurance médicaments de la patiente.

Une formation en ligne de quatre à cinq heures est obligatoire pour les médecins qui souhaitent prescrire la pilule aux patientes de la province.

Selon le sous-ministre adjoint au ministère de la Santé, Mark Wyatt, ce médicament permettra un meilleur accès à l’avortement en milieu rural.

Toutefois, le sous-ministre adjoint ignorait jeudi combien des 58 médecins inscrits se trouvaient en milieu rural.

La Saskatchewan se joint aux provinces de l'Alberta, de la Colombie-Britannique, du Manitoba, du Nouveau-Brunswick, de l'Ontario et du Québec, qui offrent l'accès à Mifegymiso.

Deux étapes

La pilule abortive Mifegymiso, approuvée par Santé Canada en 2015, peut être administrée jusqu’à 49 jours de grossesse.

Il s’agit d’une combinaison de deux comprimés : le mifepristone et le misoprostol.

Le premier, le mifepristone est un stéroïde synthétique qui inhibe l'action de la progestérone, induisant une fausse couche. Le deuxième provoque la contraction de l'utérus, permettant l'expulsion de son contenu. La patiente prend le comprimé de mifepristone, puis prend le comprimé de misoprostol 24 à 48 heures après avoir pris le premier comprimé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !