•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes manitobains plus vulnérables aux tentatives de suicide

Un homme en contre-jour, assis sur une planche à roulette

L’incidence de tentatives de suicide observée chez des jeunes aux prises de maladies mentales au Manitoba l'emporte sur celles de l'Ontario, de la Colombie-Britannique et de l'Alberta.

Photo : iStock / Getty Images

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les adolescents manitobains qui ont des problèmes de santé mentale sont plus susceptibles de faire une tentative de suicide que leurs pairs d'autres provinces, révèle une étude du Centre de recherche appliquée en santé mentale et en toxicomanie (CARMHA) qui compare les soins en santé mentale de cinq provinces.

Selon le rapport, intitulé Toward Quality Mental Health Services in Canada (Vers des services en santé mentale de qualité), l’incidence de tentatives de suicide observée au Manitoba était beaucoup plus élevée que celles de toutes les autres provinces visées par l’étude, soit 18 tentatives de suicide par 1000 adolescents de 15 à 19 ans souffrant de maladies mentales ou de dépendance. Le taux de l’Alberta et de la Colombie-Britannique était d'environ 10 tentatives.

La proportion la plus basse a été enregistrée en Ontario, avec moins de 5 tentatives pour 1000 adolescents. Les données sur les tentatives de se donner la mort dans la cinquième province étudiée, le Québec, n’ont pas été obtenues par les chercheurs.

Les chercheurs précisent toutefois que les taux véritables sont probablement supérieurs à ceux indiqués dans le rapport, car celui-ci ne tient compte que du nombre d’hospitalisations liées à une tentative de suicide.

Donc, si une personne s’est présentée aux urgences, mais n’a pas été admise à l’hôpital, elle n’a pas été recensée dans le cadre de l’étude.

Une question d'héritage et d'accès

Le docteur James Bolton, directeur médical du Centre d’intervention d’urgence de l’Office régional de la santé de Winnipeg et coauteur du rapport, précise qu’il ne pourrait offrir que des conjectures sur les raisons motivant ce phénomène au Manitoba.

Cela pourrait s’expliquer, avance le docteur Bolton, par l’importante population autochtone au Manitoba.

« Malheureusement, les personnes d’origine autochtone ont plus tendance à avoir des idées suicidaires et à tenter le suicide », affirme le médecin.

Un autre facteur pourrait être que la majorité des ressources en santé mentale au Manitoba est centralisée à Winnipeg, rendant encore plus vulnérables les personnes vivant dans les régions rurales, nordiques et éloignées, ajoute-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !