•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les aidants naturels britanno-colombiens sont de plus en plus déprimés et fâchés

Une proche aidante donne du réconfort à une aînée malade.
Une aidante naturelle accompagne une proche malade. Photo: iStock / iStock Photos

De plus en plus d'aidants naturels ressentent de la détresse, malgré le soutien professionnel reçu à la maison, selon un rapport de la représentante des aînés de la Colombie-Britannique, dévoilé mercredi. Chez certains, ce sentiment est tel qu'ils sentent qu'ils ne réussissent plus à remplir leurs responsabilités.

Plus de 31 % des aidants dans cette catégorie ressentaient de la colère ou étaient déprimés, selon ce rapport, qui se base sur des données de 2016. En 2015, 29 % d’entre eux se sentaient ainsi.

Le rapport note également que le soutien disponible pour ces aidants est moins facilement accessible qu’il y a deux ans.

La représentante aux aînés, Isobel Mackenzie, estime qu’il s’agit d’une tendance dérangeante. « La fragilité et la complexité [des cas] de ceux de qui on s’occupe à la maison augmentent, et le soutien et les services qui peuvent changer la situation de façon décisive pour les aidants ne suivent pas le rythme », affirme-t-elle.

Le document précise s’être concentré sur les 26 310 aidants naturels qui ont reçu des prestations publiques pour l’aide à la maison.

D’après le dernier recensement de Statistique Canada, la Colombie-Britannique compte certaines des communautés les plus âgées du Canada, avec quatre municipalités ayant le plus d’aînés au pays. Il s’agit de Qualicum Beach, de Parksville, d'Osoyoos et de Sidney.

Colombie-Britannique et Yukon

Santé publique