•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de psychiatres dans l’est de la Côte-Nord

Une consultation en santé mentale

Une consultation en santé mentale

Photo : iStock

Radio-Canada

Sept-Îles est aux prises avec une grave pénurie de psychiatres, selon plusieurs intervenants du milieu de la santé. Cette situation entraînerait des délais d'attente déraisonnables pour les patients, juge l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé (APTS).

Sur cinq postes de psychiatres, trois sont comblés et une seule professionnelle travaillerait à temps plein à l'hôpital, selon l’APTS.

Le Centre intégré de santé et de service sociaux (CISSS) de la Côte-Nord indique qu’il est ardu de recruter de tels spécialistes.

Le porte-parole de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé, Sylvain Sirois, déplore que cette situation mette beaucoup de pression sur les autres travailleurs de la santé.

Sylvain Sirois, porte-parole pour l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS).

Sylvain Sirois, répondant politique pour l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

« C'est très difficile pour nos professionnels sur place qui voient leurs collègues surchargés et qui voient quelques collègues quitter parce qu'ils n'en peuvent plus » avance-t-il.

D’ailleurs, la pénurie concerne tout l’est du territoire de la Côte-Nord. La Minganie, la Basse-Côte-Nord et la ville de Fermont sont desservies par les trois mêmes professionnels basés à Sept-Îles, fait remarquer l’APTS.

Jusqu’à deux ans d’attente selon l’APTS

Toujours selon l’Alliance, les personnes qui souffrent de problèmes de santé mentale, dont des enfants, doivent parfois attendre jusqu'à deux ans pour consulter un psychiatre en milieu hospitalier sur la Côte-Nord.

Sur le terrain, les intervenants déplorent qu'il faille souvent attendre une situation de crise pour que les personnes puissent être prises en charge par le système de santé.

« Ça entraîne des désorganisations, de la judiciarisation et là, tout le système s'enclenche d'une façon qui est moins agréable », explique la directrice de l'Âtre de Sept-Îles, Sonia Dumont.

De son côté, le CISSS de la Côte-Nord indique qu'un pédopsychiatre a été embauché, ce qui permettra de suivre les plus jeunes patients qui sont sur la liste d'attente.

D'après les informations de Katy Larouche

Côte-Nord

Santé mentale