•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Je n’aurai plus treize ans, de Fednel Alexandre

L'auteure Fednel Alexandre
L'auteure Fednel Alexandre Photo: Valérie Rancourt
Radio-Canada

Fednel Alexandre est originaire de Port-de-Paix en Haiti et vit à Rouyn-Noranda. Il fait partie des 20 auteurs en lice pour le Prix du récit Radio-Canada 2017.

Fednel Alexandre a vécu en France et aux États-Unis avant de venir s'installer en 2010 en Abitibi, où il enseigne la littérature.

Les premières lignes de son récit

Le voyageur qui arrive à Port-de-Paix est prétentieux. Il se targue d’avoir atteint le bout du monde tout en se demandant quand même si le bout du monde ressemble à une piste du rallye Dakar. La poussière lui bouche les yeux, les narines et le transforme en une boule de crasse. Mais la bonté des Autochtones et leur hospitalité s’empresseront de dissiper tous ses doutes et de lui dessiller les yeux. Car il visite en réalité une petite ville du nord-ouest d’Haïti au pied de laquelle coule l’éternité bleue de la mer des Caraïbes. La ville est peuplée d’environ 200 000 habitants et a vu presque autant de boat people mettre le voile vers les Bahamas ou la Floride voisine. On y vit sans plaisir et sans autre vanité que la conviction d’être la dernière ville à ruer dans les brancards en période de troubles politiques dans le pays. Quand Port-de-Paix s’embrase, les autres villes sont déjà en cendres, s’y plaît-on à dire. Là-bas, il n’existe pas de théâtre ni de cirque, pas de centre d’exposition ni de musée, pas de bibliothèque ni de didacthèque. Pas de centre de loisirs. Pas de maison de la culture. Rien. Seule une Alliance française, à la fois parangon du néocolonialisme français et exaltation d’un certain bovarysme culturel tropical, se dresse péremptoirement dans le paysage depuis 1983. C’est dans cette ville que j’ai eu treize ans et que j’ai vu la mer. Pour la première fois.

Ce qu’en pensent nos lectrices

Un texte magnifique de maîtrise, de finesse et d'économie. On y trouve un émouvant récit d'enfance dans la grande tradition du genre, mettant en scène des personnages qui prennent chair sous nos yeux, dans toute leur richesse, leur complexité (et aussi leurs surprises), récit bouleversant où se mêlent avec une grande force et une grande subtilité la question de l'histoire d'Haïti, celles du colonialisme et du post-colonialisme français, et, en filigrane, celle de l'immigration au Québec... le tout à travers une ode à la lecture, à la littérature, à leur manière de nous secouer et de nous sauver, selon les âges de la vie, dans une langue superbe, réglée au quart de tour, et sertie, comme de joyaux, de quelques images aussi belles qu'elles sont singulières. Mélikah Abdelmoumen, lectrice 2017

Livres

Arts