•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accouchement à l'extérieur de l'hôpital de Ville-Marie : la FIQ réclamait des correctifs depuis des années

C'est à cette entrée que Naika Jeannot et son conjoint se sont butés à des portes closes le 31 mai dernier.

C'est à cette entrée que Naika Jeannot et son conjoint se sont butés à des portes closes le 31 mai dernier.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Radio-Canada

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) réclame depuis plusieurs années des correctifs à l'hôpital de Ville-Marie. Le syndicat n'est pas surpris d'apprendre qu'une femme a dû accoucher devant des portes barrées au mois de mai.

Avec les informations de Tanya Neveu

La présidente intérimaire de la FIQ du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT), Carole Gendron, estime que l'organisme a proposé des solutions à plusieurs reprises pour que l'établissement dispense des soins sécuritaires durant la nuit. L'infirmière clinicienne déplore qu'il soit arrivé un événement malheureux avant que le CISSS ne réagisse.

« C'est inacceptable d'avoir de telles conditions de soins parce qu'on reste au loin. On avait soumis à l'employeur des façons de faire : soit que le personnel reste en place et qu'ils assument toute la nuit, mais la gestion n'a pas voulu. Un gardien de sécurité, changer la sonnette, ç'a été réfuté toutes ces demandes-là », indique Mme Gendron.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux n'a pas voulu nous accorder d'entrevue à ce sujet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique