•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

ALENA : les maires de Hamilton et de Windsor répondent à Donald Trump

Le président des États-Unis Donald Trump porte la main à son oreille pour écouter les cris de la foule, le 23 août 2017.

Le président des États-Unis Donald Trump est connu pour ses gazouillis virulents.

Photo : Reuters / Joshua Roberts

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les maires de Hamilton et de Windsor ont décidé de se rendre sur le territoire privilégié de Donald Trump et ont tweeté leurs réponses aux commentaires du président américain au sujet de la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Le président américain a tweeté, dimanche matin, que les renégociations de l’ALENA n’allaient pas à son goût. « Nous sommes en pleine négociation de l’ALENA (la pire entente de tous les temps) avec le Mexique et le Canada. Les deux sont capricieux, peut-être devrait-on simplement l’annuler? »

 

La réponse de Fred Eisenberger, maire de Hamilton, emprunte le ton privilégié de M. Trump : « La seule chose qui doit être annulée, c’est votre présidence. Sauvez-vous et votre pays. Remettez votre démission, votre popularité s’en verrait décuplée partout dans le monde. »

 

Du côté de Drew Dilkens, maire de Windsor, la réponse en 140 caractères est un peu plus posée : « 35 des 50 États américains ont le Canada comme client #1. J’ai bien hâte d’entendre ce que pensent les élus de ces États. »

 

Les négociations dans le but de renouveler l’ALENA ont débuté le 16 août à Washington.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !