•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus qu'un « X », certains réclament l'abolition de la désignation de sexe sur les passeports

Un passeport canadien

Un passeport canadien

Photo : La Presse canadienne / Tom Hanson

Radio-Canada

À partir du 31 août, les personnes qui ne s'identifient ni au sexe féminin, ni au sexe masculin, pourront ajouter la mention « X » sur leurs documents officiels. Le Canada se joint ainsi à une poignée de pays à travers le monde qui offrent déjà cette option, mais si certains militants s'en réjouissent d'autres disent que ce n'est pas suffisant et qu'il faut abolir la désignation de sexe.

Jeudi prochain, le passeport canadien sera plus adapté aux droits des personnes transgenres non binaires. Elles pourront exprimer leur identité de genre sans être limitées à un choix binaire : homme ou femme, mais pourront inscrire un « X », pour genre non spécifié.

La militante torontoise, Davina Hader croit que « ça permet d'entamer une conversation à travers le monde et ça reconnaît enfin le spectre des genres ».

L'Organisation de l'aviation civile internationale permet l'usage du « X » et sept pays y ont déjà recours, dont l'Allemagne, le Pakistan et la Nouvelle-Zélande.

L'approche aide à limiter la confusion aux douanes, lorsque l'apparence de la personne ne correspond pas au sexe indiqué sur le passeport.

Selon Arnaud Baudry, président de l'association FrancoQueer à Toronto estime que « ça peut mettre la personne dans une situation inconfortable, où la personne en face d'elle pense qu'elle ment, qu'elle a usurpé l'identité de quelqu'un d'autre ».

Le ministre canadien de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Ahmed Hussen, dit vouloir favoriser l'égalité pour tous les Canadiens, quelle que soit leur identité sexuelle, mais certains lui reprochent de ne pas aller assez loin comme Dominique Dubuc, qui est une militante LGBTQ à Sherbrooke au Québec.

Pourquoi est-ce qu'on est obligé d'avoir un marqueur du sexe sur nos papiers d'identité? Autrefois on avait la race, la religion, à quoi ça sert d'avoir le sexe?

Dominique Dubuc, militante LGBTQ

D'autres craignent d'être refoulés à la frontière de pays comme l'Arabie Saoudite ou la Russie, où les personnes non binaires risquent d'être persécutées. « Ça forcera les gens à faire leur coming-out en tant que personne trans, et ils pourraient avoir des problèmes », croit Arnaud Baudry.

Le Canada recommande d'ailleurs aux personnes non binaires de consulter les mises en garde au voyageur avant de se rendre dans un de ces pays.

L'Ontario est la seule province à accepter le genre neutre sur les permis de conduire. Depuis le mois de mars, 160 personnes ont choisi le « X ».

Avec le reportage de Natasha MacDonald-Dupuis

Toronto

Communauté LGBTQ+