•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise du verglas : 6,7 millions $ déboursés jusqu'ici par le gouvernement du N.-B.

Un poteau électrique tombé à Chiasson Office pendant la crise du verglas

Un poteau électrique tombé à Chiasson Office pendant la crise du verglas

Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a dépensé jusqu'ici 6,7 millions de dollars pour couvrir ses coûts et ceux des municipalités liés à la crise du verglas du début de l'année, ainsi que les réclamations des sinistrés.

Quelque 5160 réclamations ont été déposées après la crise, pour les dépenses non assurées qui ont dû être assumées par les sinistrés. Il s'agit de dépenses comme celles occasionnées par l’enlèvement d’arbres tombés ou la réparation du mât électrique des maisons.

De ce nombre, 3968 ont été traitées jusqu’ici, indique un porte-parole de l’Organisation des mesures d’urgence, Robert Duguay. Il s’attend à ce que les réclamations restantes soient traitées au cours des prochaines semaines, à condition que le dossier des demandeurs soit complet. Jusqu'à maintenant, 1,4 million de dollars ont été versés aux sinistrés.

Le gouvernement indique que le coût total des opérations de rétablissement (celles de la province, des municipalités et des sinistrés) s’élève pour l’instant à 6,7 millions de dollars.

Les dépenses des municipalités, qui étaient admissibles au fonds d'aide de la province, étaient liées elles aussi au nettoyage après la tempête ou à l’exploitation de refuges pour les sinistrés pendant la crise.

Ces sommes ne comprennent pas le coût de rétablissement du courant et de réparation du réseau électrique. Énergie NB estime que la crise lui a coûté 30 millions de dollars, ce qui a fait de la tempête de janvier la plus coûteuse de son histoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !