•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • La tradition de la poutine au Québec et au Nouveau-Brunswick

    Radio-Canada

    Le Festival de la poutine de Drummondville bat son plein du 24 au 26 août. Au Québec, plusieurs villes revendiquent la paternité du célèbre plat calorique. Au Nouveau-Brunswick, c'est plutôt la poutine râpée que l'on considère comme une spécialité locale. Pour le 150e anniversaire de la Confédération, nous vous offrons de découvrir en archives les versions québécoises et acadiennes de ces mets.

    À partir des années 1980, la poutine connaît une grande popularité au Québec. Malgré son succès, les sentiments sont partagés sur ce mets composé de fromage en grains, de frites et de sauce brune. À l’émission Au jour le jour du 22 septembre 1986, l’animatrice Dominique Lajeunesse reçoit le recherchiste André Côté, qui raconte la petite histoire de la poutine. Selon ses recherches, elle viendrait de Drummondville et ses origines remonteraient aux années 1950. À la suite de cette discussion, des mangeurs de poutine expliquent ce qu’ils apprécient dans ce plat.

    Moi j’aime beaucoup la sauce et le fromage, ça réchauffe les frites.

    Un jeune amateur de poutine

    Reflets d’un pays, 25 août 1982

    La poutine râpée n’a rien en commun avec la poutine québécoise. Ronde et gluante, cette spécialité acadienne viendrait de la région de Moncton. À l’émission Reflets d’un pays du 25 août 1982, le professeur et auteur Melvin Gallant raconte les origines de ce plat de résistance. Il explique que la poutine râpée ressemble aux « knôdles » allemands, une recette introduite au Nouveau-Brunswick par des émigrants allemands.

    Dans ce même épisode, l’animatrice Jeannita Thériault rencontre la cuisinière Claudette Cormier qui lui prépare des boules de poutine râpée. La recette se compose de râpure de pommes de terre crues, de purée de pommes de terre pilées et de morceaux de lards. Le porc salé, ajouté à l’eau bouillante, donne de la saveur. À la fin du reportage, l’animatrice et la cuisinière dégustent leur festin avec appétit. « Il y en a qui font l’amour, moi je mange », dit Jeannita Thériault.

    Reflets d’un pays, 25 août 1982

    Avec peu d’aliments de base, les Acadiens ont inventé des plats simples, mais originaux. Une autre spécialité à base de pommes de terre et de viande, la râpure, constitue un des mets nationaux. On la mange surtout en Nouvelle-Écosse.

    Encore plus de nos archives 

    Archives

    Alimentation