•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les aigles blâmés pour la disparition des hérons du parc Stanley

Un aigle se dresse dans un nid de héron
Un pygargue à tête blanche debout dans un nid de grand héron bleu Photo: Paul Czene/Vancouver Park Board
Radio-Canada

Les biologistes s'inquiètent du sort de la colonie de hérons au bord du quartier West End à Vancouver. Le nombre d'oisillons qui survivent jusqu'au développement de leur premier plumage est passé de 258 en 2007 à seulement 61 cette année.

« C'est assez compliqué d’isoler une seule cause, mais je pense que la raison principale est que nous voyons plus d'aigles en ville. Donc, il y a plus de prédation », explique Nick Page, biologiste pour le service des parcs de la Ville de Vancouver.

La population d'aigles de la ville est en plein essor. On dénombre 14 nids à Vancouver, dont 3 nids actifs au parc Stanley. Dans les années 1960, il n'y avait qu'un ou deux nids dans toute la ville, rappelle M. Page.

Greg Hart, un membre de la société écologique du parc Stanley, confirme que cette année, les biologistes ont observé que les aigles s’attaquaient plus que jamais aux œufs et aux oisillons de la colonie de hérons du West End.

 

Les hérons ne peuvent pas se défendre contre les aigles. Ils semblent assez grands, mais ils sont plutôt légers et certainement pas assez robustes pour combattre un aigle.

Nick Page, biologiste pour le service des parcs de la Ville de Vancouver

« Les aigles se nourrissent principalement de charogne le long du littoral et certains ne s'en prennent même pas aux hérons », souligne M. Page.

Ce dernier dit se questionner davantage sur la raison du changement. Selon lui, la question est de déterminer si la prédation vient de quelques aigles ou si c'est un comportement commun aux nouveaux aigles qui arrivent.

Alors que les biologistes du service des parcs municipaux sont préoccupés par la baisse du nombre de hérons, M. Page dit que le personnel du parc n'a pas l'intention d'intervenir.

Ils prévoient de laisser la nature suivre son cours et de surveiller la stabilité de la colonie.

Avec les informations de CBC

Colombie-Britannique et Yukon

Environnement