•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'évaluation d'Énergie Est tiendra compte des émissions de gaz à effet de serre

L'oléoduc Énergie Est en construction.

L'ONE procédera à l'examen du projet de l'oléoduc Énergie Est, qui doit traverser le Canada.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

L'évaluation du projet d'oléoduc Énergie Est tiendra compte de la production de gaz à effet de serre (GES) en amont et en aval, a précisé l'Office national de l'Énergie (ONE) mercredi.

L'organisme de réglementation a publié à la fermeture des marchés la liste des sujets qui seront abordés lors de son examen.

L'Office recueillait depuis le printemps les commentaires de la population sur les sujets qui devraient être abordés lors des audiences publiques, notamment la hausse de la consommation d'hydrocarbures au Canada une fois l'oléoduc achevé, et donc l'augmentation des émissions des GES.

L'oléoduc de 4500 kilomètres doit acheminer 1,1 million de barils par jour de pétrole des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'au Nouveau-Brunswick, en passant donc par le Québec et l'Ontario. Le pétrole est destiné aux raffineries de l'est du pays, mais aussi aux marchés d'exportation, à partir du port de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Consultez notre dossier: Le pétrole à tout prix

Le processus d'audiences publiques de l'Office avait déraillé (Nouvelle fenêtre) il y a un an lorsqu'on a appris que deux membres de la commission avaient rencontré en privé l'ex-premier ministre Jean Charest, qui était alors consultant pour le promoteur du projet, l'entreprise TransCanada, de Calgary.

En janvier dernier, l'Office a décidé d'invalider toutes les décisions de l'ancien comité et de reprendre tout le processus depuis le début avec un nouveau comité. Une rebuffade pour TransCanada et son projet de 15,7 milliards de dollars.

L'examen du projet Énergie Est se déroulera alors que le gouvernement libéral de Justin Trudeau procède à une réévaluation du mandat de l'Office national de l'énergie (Nouvelle fenêtre).

Un comité d'experts mandaté par le ministère des Ressources naturelles avait conclu en mai dernier que l'Office devait être remplacé pour rétablir la confiance du public envers le processus d'évaluation des projets d'oléoducs.

Le comité suggérait la création d'une autre commission, entièrement indépendante, qui se consacrerait spécifiquement au transport de l'énergie, de concert avec l'Agence canadienne d'évaluation environnementale.

Industrie pétrolière

Environnement