•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ex-enseignant coupable d'agressions sexuelles sur des garçons

Affiche du palais de justice de Québec, printemps 2016.

palais de justice de Québec

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Radio-Canada

Un enseignant à la retraite qui a fait carrière à l'École secondaire Saint-Jean-Eudes, dans le secteur de Charlesbourg, a reconnu mercredi matin avoir agressé sexuellement des garçons.

Un texte de Yannick Bergeron

Alain Lapointe a d'abord plaidé coupable à des accusations concernant un adolescent d'environ 15 ans. M. Lapointe, qui a pris sa retraite de l'enseignement en 2008, avait été sollicité par la famille de la victime pour l'aider dans ses travaux scolaires.

Lapointe en a profité pour avoir des contacts sexuels avec l'adolescent pendant près de deux ans, entre janvier 2014 et décembre 2015. Il a également reconnu avoir agressé deux garçons d'une dizaine d'années à la fin des années 60 et dans les années 70. Lapointe était alors responsable de camps d'été.

Douanier curieux

C'est la curiosité d'un douanier qui a permis de mettre au jour cette liaison. Lapointe revenait d'un voyage à Cuba lorsque l'employé de l'aéroport Pierre-Elliot-Trudeau a décidé de vérifier le contenu de la caméra du voyageur.

Le douanier a ainsi aperçu des images de Lapointe et de l'adolescent en pleine action.

D'ailleurs, Alain Lapointe a également plaidé coupable aujourd'hui d'avoir produit et possédé de la pornographie juvénile.

Une fois l'homme arrêté et accusé à la suite de la découverte du douanier, la médiatisation de l'affaire a mené à de nouvelles dénonciations.

Le résident du quartier Neufchâtel reviendra devant la cour le 11 novembre pour la détermination de sa peine. Il est en liberté sous conditions pendant le processus judiciaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Procès et poursuites