•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestations à Québec : « On avait la crème des casseurs » - Régis Labeaume

Le reportage de Cathy Senay

Le maire Régis Labeaume condamne les violences survenues en marge des manifestations pro et anti-immigration qui ont eu lieu dimanche à Québec.

« Il est arrivé ce qui était prévisible quand on a affaire aux extrêmes. L'extrême droite provoque en décidant de manifester et l'extrême gauche, elle, réplique avec de la violence », a commenté le maire de Québec, soulignant au passage le travail « exemplaire » des policiers. Le déploiement des forces de l'ordre dimanche a coûté 75 000 $.

Aux dires des policiers, on avait, hier à Québec, la crème des casseurs au Québec. La crème des casseurs et des provocateurs.

Régis Labeaume, maire de Québec

« Il faut absolument condamner le comportement tellement crétin des casseurs et des provocateurs de la bande de Jaggi Singh, pour qui la violence est un moyen d'expression légitime », a-t-il ajouté.

Le maire a souligné que les militants du groupe La Meute avaient collaboré avec les policiers. Il a toutefois ajouté que leur présence n'était pas désirée dans sa ville.

« Je dirais à tous ces groupes-là, La Meute, la gang de Singh : "Allez vous faire voir ailleurs. On ne veut pas vous voir à Québec". »

En soirée lundi, Jaggi Singh a répondu au maire de Québec.

« En me ciblant spécifiquement, le maire Labeaume encourage les trolls d’Internet et les activistes anonymes de l’extrême droite qui, sur une base quotidienne, font des commentaires racistes à mon égard et m’envoient des menaces. Cette personnalisation à mon endroit est dangereuse et provocatrice », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Couillard dénonce violence et racisme

Philippe CouillardPhilippe Couillard Photo : Radio-Canada

Le premier ministre Philippe Couillard a lui aussi déploré les débordements.

« Ce n'est pas plus acceptable pour les gens d'extrême gauche d'user de violence que ça l'aurait été pour les gens de l'autre côté », a déclaré M. Couillard lors d’un point de presse à La Doré, au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le premier ministre en a cependant profité pour dénoncer les discours racistes et xénophobes. Il n’y a pas de zones grises, selon lui, et le message du groupe La Meute ne devient pas plus légitime, même si ses membres ont manifesté dans le calme.

Quand on dit que les nouveaux arrivants vont détruire la communauté d’accueil, c’est une horreur de dire ça, c’est une erreur et une horreur. Ce n’est pas vrai. Je vais continuer de combattre ça par le mot, par la parole.

Philippe Couillard

Des « brise-fer venus pour mettre la pagaille »

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin a lui aussi salué le travail des policiers et les manifestants qui se sont exprimés dans le calme. M. Gosselin estime par ailleurs que les casseurs venaient de l'extérieur.

Jean-François Gosselin, chef de Québec 21 en entrevueJean-François Gosselin, chef de Québec 21 Photo : Radio-Canada

« Ces gens-là peuvent retourner d'où ils viennent. On n'a pas de place pour ça à Québec », a-t-il affirmé.

D'accord ou pas avec le discours du groupe La Meute, ajoute Jean-François Gosselin, ses militants ont agi de la bonne façon dimanche.

« Tant et aussi longtemps que La Meute se comportera de cette façon-là, je pense que c'est à leur avantage de rester calme et respectueux. »

Québec

Prévention et sécurité