•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un sol toxique à Saint-Boniface, selon une étude

Résident du sud du quartier Saint-Boniface, à Winnipeg, Gary Tessier craint manger les fruits et les légumes de son jardin à la suite de la publication d'une étude affirmant que le sol est toxique.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les sols dans une zone du quartier Saint-Boniface, à Winnipeg, contiennent des quantités élevées d'éléments nocifs pour la santé, confirment les résultats d'une nouvelle étude de l'Université du Manitoba.

L'Association des résidents du sud de Saint-Boniface a collaboré avec l’Institut des ressources naturelles, hébergé à l’Université, afin de se pencher sur des préoccupations environnementales entourant les activités d’Industrial Metals, une installation de recyclage de métaux avoisinante.

Depuis que l’entreprise industrielle a installé sa propre usine de déchiquetage de métal en 2015, de nombreux résidents se plaignent d'une réduction de la qualité de l'air et d'une augmentation du bruit.

« Nous avons trouvé des taux élevés de produits chimiques toxiques dans certaines zones [du sud de Saint-Boniface], des teneurs qui dépassent les standards industriels », explique Shirley Thompson, professeure adjointe à l’Institut des ressources naturelles.

En plus, « plusieurs échantillons présentaient des teneurs excédentaires en plomb et en cuivre, alors que d’autres dépassaient la limite permise pour sédiments liés aux substances chimiques », ajoute-t-elle.

Dans certains cas, les particules dans les prélèvements de sol dépassaient de 3 à 15 fois la limite supérieure des normes canadiennes admises.

Ce n'est pas habituel d'avoir des résultats aussi élevés. J'ai déjà examiné des dépotoirs dont les résultats n'étaient pas aussi élevés. […] Ça nous montre qu’il y a eu d’importants déversements [d’éléments toxiques].

Shirley Thompson, professeure adjointe à l’Institut des ressources naturelles

« La présence du plomb est très inquiétante. Le plomb nuit au système nerveux et au développement des foetus et des enfants », rapporte la scientifique.

Une possibilité de plusieurs contributeurs

Si certains citoyens jettent le blâme sur l’entreprise de recyclage de métaux, la Dr Thompson croit qu'il faudra approfondir les études pour en avoir le coeur net, soulignant le fait qu’Industrial Metals se trouve dans le parc industriel Mission.

Ce dernier, qui existe depuis le début du 20e siècle, comprend deux chemins de fer, plusieurs producteurs d’asphalte et de béton, un atelier de soudage industriel, une usine de transformation de la viande et plusieurs raffineries de pétrole.

Le copropriétaire d’Industrial Metals, Dan Chisick, partage l’avis de la scientifique de l’Université du Manitoba, tout en démentant catégoriquement que son entreprise soit responsable des éléments nocifs dans des sols du quartier.

Nous soulignons que les allégations formulées contre nous […] sont fausses et complètement irresponsables.

Dan Chisick, copropriétaire, Industrial Metals

« Comme détenteurs d’un permis environnemental délivré par le gouvernement, nous nous conformons aux strictes normes qui nous sont imposées par Développement durable Manitoba », enchaîne M. Chisik.

« Nous faisons l’objet d’inspections de routine et nous travaillons de très près avec la province afin d’assurer que nos résultats sont satisfaisants – et nos résultats sont toujours satisfaisants », note-t-il.

Cependant, en attendant un régime de tests approuvé par la province, la Dr Thompson encourage les résidents du quartier qui font du jardinage à faire tester leur sol.

« Si vous allez manger ce qui sort de cette terre d’année en année, [les éléments nocifs] auront un plus grand impact sur votre santé », prévient-elle.

Manitoba

Pollution