•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Joseph Poirier, profession guérisseur

Radio-Canada

Être guérisseur n'est pas un mode de vie facile, contrairement à ce que pensent bien des gens, explique Joseph Poirier. « Il y a plusieurs règles qu'on doit respecter et une façon de vivre qu'on doit adopter. »

Un texte de la Fureteuse fransaskoise Lyssia Baldini

Joseph Poirier m'a accueillie dans son petit coin de paradis pour mieux m'expliquer son rôle.

Le Métis originaire du Québec est installé depuis quatre ans près de Foam Lake, à environ 200 km au nord-est de Regina. Sa vie a basculé du jour au lendemain lorsqu'il a reçu le don de guérisseur. Depuis, il ne peut plus occuper d'emploi à temps plein.

Jeune, il avait déjà une prédisposition à la guérison : il utilisait des herbes pour guérir les gens de sa petite communauté. Il était ami avec un shaman qui possédait des dons de clairvoyance et de guérison spirituelle.

Changement de vie

Vers la fin de la quarantaine, Joseph Poirier quitte le Québec et sillonne les routes de l'Ouest canadien au volant d'un camion. Dès son premier passage en Saskatchewan, il a senti un nouveau souffle et a su qu'il allait s'y installer un jour.

Trois ans plus tard, il s'est installé à Foam Lake. Au fil des ans, Joseph a senti le besoin d'avoir une grande terre, en dehors de la petite communauté. Il en a vu quelques-unes et est retourné au Québec pour demander l’avis de son vieil ami shaman.

Malgré le fait qu’elle n’est pas à vendre, Joseph réussit à obtenir la terre qu'il désire.

Malgré le fait qu’elle n’est pas à vendre, Joseph réussit à obtenir la terre qu'il désire.

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

L'idée était excellente et la terre serait bonne pour lui, selon cet ami. Joseph est retourné en Saskatchewan et a acheté la terre qu’il désirait après bien des négociations.

Plusieurs mois plus tard, le shaman est mort, mais son esprit est revenu et lui a offert son don de guérisseur. Joseph l'a accepté. C’est à partir de ce moment, il y a un peu plus de trois ans, qu’il est devenu guérisseur et que sa vie s'est transformée.

Le Créateur, Dieu, ou l’Univers, vous l’appellerez comme vous voudrez, m'a mis en garde : "La vie de guérisseur n'est pas pour tout le monde, il y a des règles à respecter."

Joseph Porier, guérisseur

Règles à respecter

  • Le guérisseur ne doit empêcher la destinée de personne.
  • Le guérisseur ne peut pas faire de chirurgie avec des instruments puisqu'il n’est pas médecin.
  • Le guérisseur ne peut pas donner le mal ou le souhaiter.
  • Le guérisseur doit se consacrer à sa mission et ne peut plus occuper d'emploi.

Joseph se soumet aux règles, puisque ce qui compte pour lui, c’est de faire le bien autour de lui et de construire un meilleur monde en contribuant au bien-être des gens.

Il reçoit les gens sur sa terre, mais participe aussi à des manifestations rassembleuses pour aider le plus de possible de personnnes dans la même journée.

Joseph me montre plusieurs herbes provenant du jardin, des herbes qu'il utilise pour guérir les gens, comme il faisait lorsqu'il était jeune.

Joseph me montre plusieurs herbes provenant du jardin, des herbes qu'il utilise pour guérir les gens, comme il faisait lorsqu'il était jeune.

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

Quelques heures avec le guérisseur

Tout en marchant dans les hautes herbes de sa terre, Joseph me montre ses outils de travail, deux rods. Les tiges de métal en forme de L tiennent dans le vide dans de petits tubes en cuivre. Elles sont libres de bouger dans tous les sens et personne ne peut les diriger.

Il m’explique leur fonctionnement.

Premièrement, il faut toujours leur demander [aux tiges] de nous montrer le oui et le non.

Joseph Poirier, guérisseur

Il leur demande de lui montrer son oui. Les tiges se mettent à bouger et se croisent. Il les remercie et attend. Les tiges reviennent au centre, parallèles. Puis, il leur demande de lui montrer son non. Les tiges s'écartent l'une de l'autre et forment une ligne vers l'extérieur. Il les remercie, et les tiges reviennent au centre. Le tout sans bouger ni les bras ni les mains! C'est fascinant!

Les deux tiges, des rodes, se croisent pour répondre « oui » à la question: est-ce que la personne qui se trouve en face de moi s'appelle Lyssia?

Les deux tiges se croisent pour répondre «oui» à la question: est-ce que la personne qui se trouve en face de moi s'appelle Lyssia?

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

Sa terre est aussi un de ses outils. Joseph m'explique pourquoi il a choisi cette terre, plutôt qu'une autre.

Ma terre a plusieurs points très positifs où l'énergie de la terre est à son meilleur.

Joseph Poirier, guérisseur

Il demande aux tiges de nous montrer les cinq endroits où l'énergie est la plus puissante. Les tiges pointent dans une direction. Nous marchons jusqu'à ce qu'elles se croisent quand nous arrivons à l'endroit précis. Elles font de même pour les quatre autres endroits.

Joseph a rassemblé des pierres pour représenter les quatre points cardinaux.  Ce lieu s'appelle le Cercle médicinal.  Le centre est un des points où l'énergie de la terre est à son maximum. Chaque pierre représente des éléments qui peuvent être guéris. Il souhaite que les gens puissent venir y déposer des pierres pour guérir eux-mêmes leurs blessures.

Joseph a rassemblé des pierres pour représenter les quatre points cardinaux. Ce lieu s'appelle le Cercle médicinal. Le centre est un des points où l'énergie de la terre est à son maximum. Chaque pierre représente des éléments qui peuvent être guéris. Il souhaite que les gens puissent venir y déposer des pierres pour guérir eux-mêmes leurs blessures.

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

Après une heure au soleil, nous faisons une pause dans sa petite maison. Joseph insiste pour me concocter un lunch : chevreuil et frites maison, comment résister? Joseph me parle de sa passion pour la cuisine, il fait tout lui-même, des confitures à la relish. Sa terre lui procure presque tout ce dont il a besoin et il lui en est reconnaissant.

Après le délicieux repas, on se rend dans le petit pavillon qu’il a construit pour la guérison de ses patients. La maison du Porc-Épic, comme il l'appelle, c'est là où l’énergie de la terre est à son maximum et qu'il traite les gens dans le besoin.

La maison de gauche est celle de Joseph. La petite maison ronde à droite est l'endroit où il s'adonne à sa pratique de guérison.

La maison à gauche est celle de Joseph et la petite maison ronde à droite, c'est où il s'adonne à sa pratique de guérison.

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

L'ouverture d'esprit au rendez-vous

Les gens viennent voir Joseph Poirier pour différents problèmes, liés à de multiples croyances.

Parfois, les chakras doivent être nettoyés, explique-t-il. Les chakras sont des centres d’énergie dans le corps humain. Les sept qui sont les plus importants auraient une influence sur l’esprit et le corps, selon les croyances philosophiques hindouistes.

À la fin août, il s'est rendu à Watrous, une petite communauté au nord-ouest de Regina, pour participer à un salon de la santé et de la guérison.

J'avais mal au cou et j'avais besoin de faire nettoyer mes chakras, Joseph s'en est occupé. Je me sens mieux, plus droite et plus légère.

Katherine Dempsey, guérisseuse et participante au salon de Watrous
Katherine Dempsey assise devantJoseph

Katherine Dempsey, elle même guérisseuse à l'aide de bains sonores créés par des bols tibétains, est venue consulter Joseph pour son mal de cou.

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

D'autres problèmes de santé peuvent venir de mauvais sorts, selon des croyances vaudoues. Ils peuvent aussi être dus à un esprit qui est venu s’installer en nous, selon des croyances autochtones.

Joseph dit qu’il a le don de guérir presque tout, et ce, presque instantanément. Il utilise aussi des herbes en combinaison avec ses traitements.

 

Infographie sur les chakras (Nouvelle fenêtre) : déplacez votre curseur sur l'image pour faire apparaître les bulles d'information.

Joseph soutient qu'il a aussi déjà guéri un mal lié aux lignes de Hatmann et Curry. Ces lignes, dont l'existence n'a pas été prouvée scientifiquement, formeraient un réseau quadrillé de courants électriques naturels associés aux champs magnétiques qui couvrent l’ensemble de la surface de la Terre. Ce réseau formerait des points où alterne une polarité positive et négative.

Ceux qui y croient sont d'avis qu'avoir son lit ou son poste de travail sur un nœud négatif de Harmann et Curry peut causer des effets néfastes sur le corps et l’esprit.

Esprits et fantômes à Kawacatoose

Quelques jours après notre première rencontre, nous nous sommes rendus dans la réserve de la Première Nation Kawacatoose. Les propriétaires du magasin général avaient appelé Joseph afin qu'il vienne « nettoyer » le magasin et les employés des esprits et de malédictions, selon leurs croyances.

Joseph Poirier dans le magasin général de Kawacatoose avec ses tiges dans les mains et trois autres personnes

14 esprits et 2 fantômes étaient présents ainsi que plusieurs malédictions avaient été jeté sur le commerce.

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

Avant que Joseph se mette au travail, on nous a servi le repas traditionnel des Autochtones, avec le pain bannock et la soupe au boeuf et aux légumes. Les femmes étaient assises d'un côté, et les hommes, de l'autre. Une fois que nous étions tous servis, le chef de bande a récité une bénédiction et nous avons mangé.

Armé de ses tiges, Joseph a récité des prières pendant plus d'une heure pour évincer 14 esprits et 2 fantômes. Plusieurs semaines plus tard, l'opération semble avoir réussi, puisqu'une autre demande dans la même réserve lui a été acheminée.

L'intérieur de la maison Porc-épic, où Joseph reçoit les gens qu'il traite.

Intérieur de la maison Porc-épic, où Joseph reçoit les gens qu'il traite.

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

La confiance qui est accordée aux actes de guérison de Joseph dépend des croyances personnelles et spirituelles de chacun. Personne ne peut être guéri s'il n'y croit pas, selon Joseph.

 La Fureteuse fransaskoise  

Saskatchewan

Art de vivre