•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle étude sur la poudre d'aluminium, accusée de provoquer des troubles neurologiques

Une boite de poudre d'aluminium

La poudre d'aluminium devait protéger les mineurs contre la silicose, une maladie pulmonaire courante causée par les poussières de silice retrouvées dans les mines.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) a annoncé jeudi qu'elle allait de nouveau « explorer la question ».

Aussi appelé poudre McIntyre, le produit a été répandu dans plusieurs mines du Nord de l'Ontario entre 1940 et 1979, pour protéger les poumons des mineurs.

Aujourd'hui, de nombreux mineurs à la retraite qui souffrent de troubles neurologiques graves, comme la maladie de Parkinson, attribuent leur condition à cette substance.

Portrait de Ken Kasunich, assis à la table de sa maison.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ken Kasunich, 72 ans, est un mineur retraité du Nord de l'Ontario.

Photo : CBC / Olivia Stefanovich

Ken Kasunich avait 18 ans la première fois que les employeurs d'une mine d'or lui ont demandé de respirer de la poudre McIntyre.

L’homme de 72 ans souffre de la maladie de Parkinson. Il fait partie des dizaines de milliers de mineurs à qui l'on a fait respirer cette substance.

« J’ai des petits-enfants et je ne peux pas jouer avec eux, déplore-t-il. Je pense que ma santé serait en bien meilleur point si je n’avais pas respiré de poudre d’aluminium ».

Pas de liens, selon la CSPAAT

Plus de 50 plaintes en lien avec la poudre McIntyre sont toujours traitées par la CSPAAT.

Phot d'archive d'un affiche d'information destiné aux mineurs. On peut y lire des directives sur la manière de respirer en présence de poudre d'aluminium.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Avant des changements apportés en 1979, les mineurs étaient encouragés à inspirer profondément de la poudre d'aluminium avant d'aller travailler.

Photo : Radio-Canada

Une recherche lancée par l’organisme l'an dernier avait conclu qu'il n'y avait pas de liens clairs entre cette poudre et les maladies.

Toutefois, la CSPAAT dit maintenant vouloir explorer davantage le dossier pour « ne rien laisser au hasard », puisque des « questions persistent ».

Une lueur d’espoir pour les familles

Janice Martell a perdu son père en mai dernier de la maladie de Parkinson. Lui aussi avait respiré de la poudre d’aluminium.

Elle a quitté son emploi pour se lancer dans la documentation des cas de mineurs qui ont respiré le produit.

Les trois personnes sont assises sur le canapé de leur maison.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Janice Martell, fondatrice du Projet Poudre McIntyre, entourée de son père Jim et de sa mère Elaine Hobbs.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

En 2015, elle a créé le Projet Poudre McIntyre et tente d'obtenir des compensations pour les anciens mineurs et leurs familles.

Cette annonce d'une nouvelle étude est une source d'espoir, mais elle exhorte la commission à faire au plus vite.

Je m’inquiète parce que beaucoup de ces mineurs sont en train de mourir.

Janice Martell, fondatrice du Projet Poudre McIntyre

Les résultats de l'étude du CSPAAT devraient être publiés en 2019.

Avec les informations d'Olivia Stefanovich, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Justice et faits divers