•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Attentat de Barcelone : Trump répète une fausse nouvelle qui date d'au moins 16 ans

Capture d'écran d'un tweet de Donald Trump qui raconte une fausse anecdote à propos du général John Pershing.

Capture d'écran d'un tweet de Donald Trump

Photo : Capture d'écran / Twitter

Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

CHRONIQUE – Le président américain Donald Trump n'a pas mis de temps pour dénoncer l'attaque à la camionnette survenue jeudi à Barcelone (Nouvelle fenêtre), en Espagne. Toutefois, une heure plus tard, il donnait sur Twitter une leçon d'histoire. Une histoire qui n'a jamais eu lieu. Explications.

À la suite de l'attentat qui a fait jusqu'ici 13 morts et au moins 50 blessés, Donald Trump a invité ses abonnés Twitter à « étudier » la réponse qu'aurait offerte aux « terroristes » un général américain pendant l'occupation des Philippines.

 

« Étudiez ce que le général Pershing des États-Unis a fait aux terroristes qu'il a capturés. Il n'y a plus eu de terrorisme islamique radical pendant 35 ans! », a-t-il écrit.

C'est une histoire que le président américain a déjà relatée. Lorsqu'il était candidat à l'investiture républicaine à la présidence, en février 2016, Donald Trump l'avait racontée lors d'un rassemblement en Caroline du Sud (Nouvelle fenêtre). Selon les dires de celui-ci, le général américain, John Pershing, avait capturé puis exécuté des prisonniers musulmans pendant l'occupation des Philippines, au début des années 1900.

« Ils avaient des problèmes liés au terrorisme, tout comme nous. [John Pershing] a capturé 50 terroristes qui avaient fait beaucoup de dégâts et avaient tué beaucoup de personnes. Il a pris les 50 terroristes, il a pris 50 de ses soldats et il a pris 50 balles de fusil qu'il a plongées dans du sang de porc, racontait alors Donald Trump. Ses hommes ont chargé leurs fusils, puis ils ont exécuté 49 prisonniers. À la 50e personne, Pershing a dit : “Va raconter ce qui vient de se produire à ton peuple.” Puis, pendant 25 ans, il n'y a plus eu de problème. »

Le seul hic : l'histoire en question est une invention. John Pershing n'a jamais exécuté de « terroristes » musulmans aux Philippines avec des balles trempées dans du sang de porc.

Le général Pershing a en effet été gouverneur de l'ancienne province de Moro, aux Philippines, de 1909 à 1913. Il a aussi eu à composer avec un soulèvement de rebelles musulmans lors de son mandat. Toutefois, l'anecdote à laquelle le président des États-Unis fait référence n'a jamais eu lieu.

Selon le journaliste américain William Lambers, le général Pershing aurait utilisé du sang de porc pour décourager des rebelles musulmans, comme l'a relaté en 1927 le journal américain Chicago Daily Tribune, mais l'événement ne correspond pas à celui que décrit le président (Nouvelle fenêtre). Deux historiens consultés par le magazine Time ont aussi affirmé qu'aucune preuve n'existe (Nouvelle fenêtre) de l'événement raconté par Donald Trump.

Selon le Chicago Daily Tribune, le général aurait aspergé des prisonniers de sang de porc, puis les aurait relâchés vivants.

D'après le site web de vérification des faits Snopes, la fausse histoire qu'a racontée le président américain circule sur le web depuis au moins 2001 (Nouvelle fenêtre). Elle aurait même été relayée par de hauts dirigeants du gouvernement américain.

Comme quoi il ne faut pas prendre ses leçons d'histoire du président.

Chroniques de Jeff Yates  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !