•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le marais du parc national de la Pointe-Pelée plus sain que jamais

Vaste étendue de marécage

Le marais du parc de la Pointe-Pelée a retrouvé toute sa splendeur cinq mois après l'incendie qui l'a partiellement détruit.

Photo : CBC/Melissa Nakhavoly

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La partie du marais du parc national de la Pointe-Pelée dévastée par un incendie majeur au printemps dernier est plus saine que jamais, selon les responsables du parc.

Les flammes qui ont détruit les quenouilles et les plantes mortes ont permis à la lumière de mieux passer dans le marais et déclenché les nutriments qui étaient prisonniers des plantes mortes, explique Maria Papoulias, directrice du parc.

« Le feu a été une bonne chose, le marais est beaucoup plus en santé qu'auparavant. C'est vraiment une bénédiction », poursuit-elle.

Le 29 mars dernier, les services d'urgence avaient combattu pendant plusieurs heures un immense brasier, visible à plusieurs kilomètres à la ronde, qui avait dévasté143 hectares de la zone protégée. La célèbre promenade du parc avait été sauvée de justesse par les équipes sur place.

Un arbre et des flammes sont en arrière-plan. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un incendie dans le parc de la Pointe-Pelée brûle 125 hectares de marais

Photo : Leamington Fire

Cela faisait 30 ans qu'aucun évènement de ce type n'avait atteint le parc, un phénomène pourtant indispensable au renouvellement de l'écosystème.

« La biodiversité s'est améliorée, le feu fait partie d'un processus naturel de régénération », précise Mme Papoulias.

Les changements ne sont pas forcément très visibles à l'oeil nu puisqu'ils se font surtout sentir au niveau de l'écosystème, il y a toutefois beaucoup plus de fleurs qu'auparavant, remarque-t-elle.

La faune de retour

Au moment de l’incendie, le marais était endormi, le feu a donc eu peu d’effets sur les animaux.

Oiseaux et autres mammifères sont par contre aujourd'hui bel et bien revenus, et « c'est vraiment magnifique », conclut Mme Papoulias.

Le parc a reçu deux fois plus de visiteurs que d'habitude. Plusieurs ont d'ailleurs beaucoup de questions au sujet du marais et de l'incendie.

Une excellente occasion pour les équipes du parc de sensibiliser le public au processus naturel du renouvellement du parc et au bienfait du feu dans l'écosystème.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !