•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sécurité déficiente à l’origine de la mort d’un homme à l’ancienne cartonnerie

L'ancienne cartonnerie de Jonquière

L'ancienne cartonnerie de Jonquière

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soulières

Radio-Canada

Un rapport d'enquête sur la mort de Guy Perron, le 2 mars dernier (Nouvelle fenêtre), conclut qu'il a perdu la vie en raison de l'accès non sécuritaire aux installations abandonnées de l'ancienne usine de Graphic Packaging, dans l'arrondissement de Jonquière.

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a publié son rapport, jeudi matin.

Le jour de l’accident, Guy Perron circulait seul dans l’ancienne cartonnerie, aujourd'hui propriété du groupe Bay Shore de Toronto.

Il procédait au démantèlement d’une structure. Deux travailleurs de l’entreprise qu’il dirigeait, Autotech 2015, l’attendaient à l’extérieur.

L’homme est tombé dans une ouverture du plancher qui n’était pas sécurisée, selon le rapport de la CNESST.

« C'est une usine désaffectée où il n'y a pas d'électricité, donc pas de source lumineuse. Même qu'à l'endroit de l'accident, il n'y avait pas de luminosité de l'externe », a précisé le porte-parole de la commission, André Résendès.

Le trou mesurait près de deux mètres de diamètre. M. Perron a fait une chute de cinq mètres et il a succombé à ses blessures.

Mesures correctrices

À la suite de l’accident de travail, la CNESST a interdit l’accès à l’usine et forcé Bay Shore à mettre en place des mesures de sécurité pour permettre les déplacements à l’intérieur.

Selon la commission, le propriétaire a depuis obtempéré et l’accès à l’usine est maintenant permis pour les personnes autorisées.

Saguenay–Lac-St-Jean

Justice et faits divers