•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec a reçu plus de 10 000 demandeurs d'asile depuis le début de l'année

Des centaines de demandeurs d'asile vivent quelques jours dans des tentes installées par l'armée à Saint-Bernard-de-Lacolle. Une fois que leur dossier est reçu par l'ASFC, ils sont transférés dans des sites d'hébergement gérés par le gouvernement du Québec.
Des centaines de demandeurs d'asile vivent quelques jours dans des tentes installées par l'armée à Saint-Bernard-de-Lacolle. Une fois que leur dossier est reçu par l'ASFC, ils sont transférés dans des sites d'hébergement gérés par le gouvernement du Québec. Photo: La Presse canadienne / Graham Hughes
Radio-Canada

Plus de 10 000 demandeurs d'asile ont été interceptés au Québec après avoir irrégulièrement franchi la frontière canado-américaine depuis le début de l'année, selon des chiffres fournis jeudi par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). Beaucoup de gens à héberger, donc, et les autorités ont annoncé jeudi l'ouverture de quelques centaines de nouvelles places.

Selon des données préliminaires publiées par l'ASFC en matinée, 6366 demandeurs d'asile ont été recensés dans la province au cours des six premiers mois de l'année, ce qui représente 85 % du total canadien. Selon la police fédérale, 3800 autres ont été interceptés depuis le début du mois d'août, pour un total de 10 166 cette année.

On a eu 781 entrées en juin. Au mois de juillet, presque 2995, et on est rendu à plus de 3800, en date de ce matin, en août. Donc, juste les derniers mois, on est au-dessus de 10 000.

Sylvain Castonguay, surintendant de la GRC

Selon l'ASFC, de 80 % à 85 % des demandeurs d'asile sont d'origine haïtienne. Les autres viennent de divers pays, parmi lesquels le Soudan et la Turquie.

Des centres d'hébergement à Cornwall et Laval

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a annoncé à Saint-Bernard-de-Lacolle que le gouvernement fédéral a décidé d'ouvrir un centre d'hébergement temporaire à Cornwall, en Ontario. Le centre offrira 300 chambres pour des demandeurs d'asile qui attendent de trouver un logement permanent dans la région de Montréal. Des tentes pourront être ajoutées à l'extérieur au besoin.

Selon la ministre québécoise de l'Immigration, Kathleen Weil, qui était elle aussi à Saint-Bernard-de-Lacolle, l'ouverture d'un centre à Cornwall constitue une « soupape importante » pour les services sociaux du Québec, qui sont responsables d'une dizaine de sites d'hébergement temporaires dans la grande région de Montréal. Ces sites accueillent environ 3300 personnes, selon des chiffres publiés plus tôt cette semaine.

Mercredi, la ministre Weil avait demandé à Ottawa d’ouvrir un centre d’hébergement temporaire à la frontière pour accueillir une partie de ces demandeurs d’asile.

L’ouverture d’un centre d’hébergement à Laval, au Manoir Chomedey, a également été confirmée jeudi. Cette ancienne résidence pour personnes âgées ouvrira ses portes aux migrants la semaine prochaine et devrait pouvoir héberger au moins 200 personnes.

Le centre d’hébergement de Laval sera le second à l’extérieur de Montréal, après celui de Boucherville, sur la Rive-Sud.

Plus de 1000 demandeurs d'asile sont actuellement hébergés dans deux camps temporaires à Saint-Bernard-de-Lacolle en attendant que les autorités procèdent à de premières vérifications d'identité et de sécurité.

Selon l'ASFC, la « très grande majorité » d'entre eux se trouvent sous des tentes installées par l'armée, mais certains doivent dormir dans un ancien local commercial des environs.

Les tentes de l'armée pouvaient accueillir 940 personnes. Cette capacité a été augmentée jeudi à 1200, même si les négociations entre les autorités et le propriétaire du terrain convoité pour en installer n'ont pas abouti.

Les services frontaliers ont abandonné l'idée d'établir un troisième camp à Saint-Bernard-de-Lacolle, procédant plutôt à l'agrandissement des installations existantes pour y ajouter 16 tentes, pour une capacité de 254 lits.

Selon l'ASFC, les demandeurs d'asile doivent attendre de deux à quatre jours dans ces installations. Les dossiers des familles et des personnes qui ont des problèmes de santé sont cependant traités en priorité.

Plus tôt cette semaine, le Syndicat des douanes et de l'immigration a dénoncé les conditions difficiles dans lesquelles vivent les demandeurs d'asile et l'incapacité des autorités à s'ajuster à cette situation sans précédent.

 

Plus d'agents d'immigration et un groupe de travail

M. Garneau a également annoncé jeudi la création d'un groupe de travail intergouvernemental qu'il présidera.

Les ministres fédéraux de la Sécurité publique et de l'Immigration, Ralph Goodale et Ahmed Hussen, y siégeront, tout comme les ministres de l'Immigration du Québec et de l'Ontario, Kathleen Weil et Laura Albanese, ainsi que le député fédéral de Bourassa, Emmanuel Dubourg.

Nous sommes là non seulement pour suivre le dossier, mais aussi pour le diriger et pour adapter les mesures que nous devrons prendre, au cas où c’est nécessaire de faire des ajustements.

Marc Garneau, ministre fédéral des Transports

Le ministre Garneau a également confirmé que le ministère de l'Immigration allait augmenter sa capacité de traitement des dossiers de demandeurs d'asile, grâce à l'ajout d'une vingtaine d'agents dans un centre qu'il gère à Montréal.

« Je suis vraiment très contente », a commenté la ministre Weil, aux côtés de M. Garneau. « C’est des annonces structurantes parce que la pression que l’on vit actuellement, c’est sur les logements temporaires. Pour trouver le logement permanent, ça prend un certain temps », a-t-elle rappelé. Et les demandeurs d'asile ne peuvent se chercher un logement permanent tant et aussi longtemps que leur dossier n'a pas été jugé admissible.

Québec demande par ailleurs au fédéral d'octroyer des permis de travail aux migrants dont le dossier est à l'étude, afin qu'ils puissent subvenir eux-mêmes à leurs besoins, plutôt que de dépendre de l'aide sociale pendant souvent jusqu'à deux ans.

On demande depuis le début d'accélérer les processus pour le permis de travail et l'accès au programme de santé intérimaire, a dit Mme Weil. C'est très important pour nous au Québec. Ce sont des gens qui sont aptes au travail, pour la plupart, ils veulent travailler.

Kathleen Weil, ministre de l'Immigration du Québec

Les représentants d'Immigration Canada et de l'ASFC ont insisté à plusieurs reprises sur le fait que ces demandeurs d'asile n'ont aucune garantie de demeurer au pays. Le ministre Garneau a d'ailleurs rappelé que pour obtenir l'asile au Canada, les demandeurs doivent démontrer qu'ils fuient des persécutions, des conflits armés ou d'autres formes de terreur.

L'an dernier, environ 50 % des demandes d'asile déposées par des Haïtiens au Canada ont été refusées, a rappelé à ce sujet le directeur général du ministère de l'Immigration, Louis Dumas. Franchir la frontière ne constitue donc pas « un ticket directement pour la résidence permanente », a-t-il enfoncé.

MISE AU POINT
Dans une version précédente de ce texte, nous employions l'expression « entrée illégale » pour désigner l'entrée irrégulière des demandeurs d'asile dont il est question ici.
S'il est vrai que ces individus sont, pour la plupart, entrés de manière irrégulière au Canada, ils n'en sont pas pour autant illégaux ou clandestins.
Par souci d'exactitude, Radio-Canada privilégie l'expression demandeur d'asile quand il est question de ces personnes.

Société