•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Quand Garry Kasparov jouait contre Deep Blue

Consommateurs avertis, 18 février 1976

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après douze ans d'absence, la légende des échecs s'est engagée cette semaine dans un tournoi, le Rapid and Blitz de Saint Louis, aux États-Unis. Il y a plus de 20 ans, Garry Kasparov affrontait un rival redoutable, l'ordinateur. Quelques mois avant ce duel historique, le champion russe accordait une entrevue sur ce défi de taille.

Dans ce reportage de l’émission Découverte du 26 novembre 1995, Garry Kasparov se prépare à faire face à Deep Blue, un superordinateur de la compagnie IBM. Le journaliste Michel Rochon explique quel genre de machine attend le grand maître qui garde espoir de contrer la toute-puissance de son adversaire.

« L’ordinateur a de la difficulté à évaluer ses pièces en fonction de leur position stratégique, mais moi j’y arrive. Ça veut dire que je dois utiliser quelque chose au-delà du calcul. Quelque chose qui ne vient pas de moi. Je crois que ce quelque chose, c’est l’intuition. »

— Une citation de  Garry Kasparov, champion d’échecs

Le 10 février 1996, Garry Kasparov affronte Deep Blue. Après avoir trébuché au cours de la première partie de la rencontre, il finit par l’emporter. L’humain a vaincu la machine. L’année suivante, en 1997, Deep Blue prend sa revanche en battant le joueur. Le match avait cependant été effectué hors des conditions exigées lors des championnats du monde.

En 2005, Garry Kasparov se retire du circuit pour poursuivre une carrière politique. Féroce opposant au président russe Vladimir Poutine, il est exilé aux États-Unis depuis 2013.

Notez que l’archive d’origine a été remontée.

Encore plus de nos archives 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !