•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un réseau social pour les mamans

Arrière du véhicule récréatif arborant les couleurs de Social.Mom
Les fondateurs de Social.Mom sont de passage à Vancouver afin de faire connaître leur réseau social Photo: Radio-Canada / Simon Charland
Radio-Canada

La fondatrice du réseau social.mom, Audrey Poulin, est de passage à Vancouver pour faire connaître son application bilingue pour téléphones cellulaires. La Québécoise souhaite briser la gêne liée au fait d'avoir un nouvel enfant et développer des liens entre les mères.

L’initiative est née du sentiment de solitude éprouvé par Mme Poulin après son premier accouchement.

Dans mon premier congé de maternité, je me sentais beaucoup seule

Audrey Poulin, fondatrice de social.mom

Elle veut aujourd’hui que les mères se rencontrent, partagent et organisent des événements. L’application inspirée des réseaux sociaux connus vise à créer ce lien qui manque entre les mères selon Mme Poulin.

Les possibilités du réseau :

  • Trouver les mères à proximité.
  • Savoir le nombre, l’âge et le sexe des enfants des mères des environs.
  • Développer un réseau d’« amis » du type Facebook.
  • Créer et afficher des événements publics ou privés.
  • Consulter divers articles liés à la maternité.
  • Discuter de différents sujets liés à la maternité sans peur d’être jugée.

L’application peut afficher des photos des mères et de leurs enfants, mais les adresses demeurent confidentielles.

Une version pour les pères

Si social.mom est réservé aux femmes, le besoin existe aussi chez les hommes. Mme Poulin et son mari songent à démarrer une version papa du réseau social.

Ils attendent toutefois d’avoir un nombre suffisant de demandes. Il y a, pour l’instant, une dizaine d’hommes inscrits. Selon Audrey Poulin, les pères auraient moins besoin de ce genre de réseau.

Selon les promoteurs, l’application a déjà été téléchargée plus de 10 000 fois.

D’après une entrevue de Simon Charland

Colombie-Britannique et Yukon

Société