•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résidents de Saint-Boniface réclament de nouveaux tests sur la qualité de l'air

L'avant-plan de la photo montre une affiche de l'usine avec son logo et son adresse. À l'arrière, on voit le bâtiment et un camion transportant des déchets métalliques.

La société Industrial Metals installée dans une zone industrielle de Saint-Boniface est spécialisée dans le retraitement des déchets métalliques.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Association des résidents du sud de Saint-Boniface demande une révision des études de la qualité de l'air faites par le gouvernement du Manitoba dans le quartier.

Le groupe rencontrera mardi le sous-ministre du Développement durable pour lui faire part de ses doléances.

Depuis l'ouverture d'une usine de déchiquetage de métal en 2015, de nombreux résidents se plaignent d'une réduction de la qualité de l'air et d'une augmentation du bruit.

Ils estiment que le déchiqueteur de l'entreprise Industrial Metals, au coin de la rue Messier et de la rue Archibald, produit de la poussière, des gaz et de la pollution sonore qui posent, selon eux, un risque pour la santé humaine.

L'Association qui les représente affirme que la dernière enquête menée par la province n'était pas adéquate par rapport à d'autres cas similaires en Amérique du Nord.

Le député provincial néo-démocrate de Saint-Boniface et ancien premier ministre Greg Selinger appuie les démarches de ces personnes.

« J'ai reçu des plaintes à propos du bruit, j'ai reçu des plaintes sur les particules dans l'air et sur l'impact sur le terrain », énumère le député. Leurs maisons bougent. Cette situation préoccupe beaucoup les gens et il est nécessaire de faire quelque chose. »

Particules dans l'air

Un rapport du gouvernement du Manitoba en mars 2016 n'a révélé aucun problème de qualité de l'air.

Cependant, Teresa Cwik, qui a vécu à Saint-Boniface toute sa vie, croit que les études menées ne sont pas concluantes. « Ils n'ont pas mené de cherches sur les particules. Or c'est justement le fond du problème, c'est ce qui rend malade », indique-t-elle.

Permis environnemental

En réponse aux demandes de Radio-Canada, Industrial Metals a déclaré que les organismes de réglementation gouvernementaux approuvent leurs activités.

« Notre entreprise a obtenu une licence environnementale décernée par le ministère du Développement durable du Manitoba. Nous exploitons nos activités selon ces directives rigoureuses », a déclaré Dan Chisick, propriétaire de Industrial Metals, dans un courriel.

Teresa Cwik et une poignée d'autres membres de l'association doivent rencontrer en compagnie de Greg Selinger le ministre adjoint du Développement durable, Bruce Gray, lundi après-midi.

Les résidents ont l'intention de demander à la province de payer un chercheur indépendant pour mener une enquête sur la qualité de l'air. Ils proposent la chercheuse de l'Université du Manitoba Shirley Thompson, qui a critiqué le rapport de la province de 2016, ou une entreprise comme Winnipeg Air Testing.

Mme Cwik a déclaré que si, à l'issue de cette enquête indépendante, aucune particule de poussière ou chimique n’est retrouvée dans l'air, elle continuera à faire pression sur la province pour que l'entreprise déplace ses activités loin de la ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !