•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un festival marocain dégénère à Laval

Des voitures de police, gyrophares allumés, entourent un site où sont plantées de petites tentes blanches, à Laval.

Plusieurs véhicules de police ont été dépêchés sur les lieux.

Photo : Radio-Canada / Dave St-Amant

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'escouade antiémeute a dû intervenir pour mettre fin à un festival marocain, samedi soir, à Laval.

Vers 18 h, les policiers ont dû agir pour mettre fin à une bagarre entre une centaine de jeunes festivaliers âgés de 15 à 18 ans. La police ignore la raison de cette rixe.

Les fêtards auraient ensuite attaqué les policiers qui voulaient les disperser. Les agents « ont été encerclés par des jeunes et ils ont reçu des roches », affirme la lieutenante Geneviève Villemure, porte-parole du Service de police de Laval.

L'escouade antiémeute a été dépêchée pour évacuer le site, situé à la hauteur de l'autoroute 15 et du boulevard du Souvenir.

Un policier et un citoyen ont été blessés lors de cette opération policière, qui a mobilisé une cinquantaine d'agents.

Un jeune de 15 ans a été arrêté pour agression armée et trouble de la paix. Il a été interrogé par les enquêteurs et libéré sous promesse de comparaître.

Le festival en était à sa première édition. Selon son site web, « le Festival marocain de Laval est le fruit de la collaboration de l'Association École Marocaine Moubadara, du camp de jour Loisirs et Plaisirs, ainsi qu'un groupe de parents d'origine marocaine, ayant tous à cœur le partage de leur culture avec la communauté québécoise. »

Les spectacles prévus samedi en soirée ont été annulés, mais le festival se poursuivra comme prévu dimanche, de 16 h à 23 h.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.