•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une municipalité s'attaque aux moustiques

Un moustique

Un moustique

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Saint-André-de-Kamouraska est le paradis... des moustiques. La présence d'un grand marais favorise leur multiplication. Si bien que la Municipalité a mis en place un plan d'intervention pour les combattre.

Les moustiques sont si nombreux dans la municipalité du Bas-Saint-Laurent qu’ils nuisent à la qualité de vie des résidents.

On se fait souvent déranger, piquer par les moustiques. [...] Quand il n'y a pas de vent et que les conditions sont humides, c'est vraiment achalant.

Gervais Darisse, maire de Saint-André-de-Kamouraska
L'abondance de moustiques à Saint-André-de-Kamouraska s'explique par la présence d'un grand marais, selon la Municipalité.

L'abondance de moustiques à Saint-André-de-Kamouraska s'explique par la présence d'un grand marais, selon la municipalité.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Selon la municipalité, des commerçants disent même perdre des clients en raison de l'insecte. Des résidents confient qu'ils hésitent à acheter une propriété à Saint-André et d'autres pensent partir.

Il y en a, oui, qui croyaient... qui pensaient qu'il valait mieux vendre leur propriété et quitter.

Francine Côté, conseillère municipale de Saint-André-de-Kamouraska

Tuer les moustiques en protégeant l’environnement

Pour tenter de remédier au problème, la Municipalité de Saint-André a installé une trentaine de pièges électriques sur son territoire. Ces dispositifs n’utilisent aucun produit chimique.

Un des pièges à moustique utilisés par la Municipalité de Saint-André-de-Kamouraska

Un des pièges à moustique utilisés par la municipalité de Saint-André-de-Kamouraska

Photo : Radio-Canada

La Municipalité a dû investir 50 000 $ pour installer ces pièges.

L'objectif, c'est de laisser les moustiques dans le marais, donc dans leur milieu naturel, et de protéger le village.

Jacques Bodart, membre, comité citoyen de Saint-André-de-Kamouraska

Les dispositifs ont été mis au point par des inventeurs français. Ils utilisent l’instinct de prédateur du moustique pour les attirer.

Quand on respire, on a deux composantes : on va diffuser du CO2 et on a l'odeur de notre peau. Tout ce cocktail, on va le simuler sur le chapeau de la borne antimoustique.

Simon Lillamand, cofondateur de l’entreprise Qista

L’entreprise Qista a commencé la commercialisation du produit en 2015 sur le territoire français.

L’installation des pièges à Saint-André-de-Kamouraska est un projet pilote appelé à se peaufiner avec le temps. La Municipalité a bon espoir d'inspirer d'autres villes à combattre les moustiques sans endommager l'environnement.

D’après le reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

Bas-Saint-Laurent

Environnement