•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Défenseur de la rigueur fiscale, un député sous-loue un appartement financé par l’État

Derek Fildebrandt
Derek Fildebrandt Photo: Radio-Canada

Le député du Parti conservateur uni Derek Fildebrandt, qui a souvent défendu la responsabilité fiscale, se retrouve au coeur d'une controverse après avoir sous-loué son appartement d'Edmonton sur Airbnb, alors qu'il touchait des indemnités de logement.

Le député de Strathmore-Brooks et ancien directeur de la Fédération canadienne des contribuables pour l'Alberta proposait son appartement sur le site pour un montant variant de 50 à 83 $ la nuit. Le logement était décrit sur le site comme ayant de « superbes vues sur la ville et situé au coeur de l’action avenue Jasper ». Le logement aurait été loué à plusieurs reprises entre janvier et mars, mais l’annonce a depuis été retirée.

Derek Fildebrandt a réclamé et touché des indemnités de 7720 $ pour le même logement.

Le député n’a pas répondu aux demandes d’entrevues. Sur Twitter, il a indiqué qu’il comptait verser les 2555 $ accumulés par la sous-location de l'appartement pour rembourser la dette de la province et qu’il ne se laisserait « pas détourner des vrais problèmes par des calomnies ».

Par courriel, il a ajouté avoir agi de manière « conforme aux règles » et « raisonnable dans un monde d’économie de partage ».

Les députés albertains qui n’habitent pas à Edmonton ont droit à des indemnités pouvant atteindre 23 160 $ par année pour louer ou acheter un logement de fonction dans la capitale. Ces indemnités doivent servir à payer le logement ou les factures d’eau et d’électricité liées au logement.

Enquête réclamée

Le chef du Parti albertain, Greg Clark, veut une enquête sur les agissements du député. Il a écrit au président de la Chambre pour lui demander de faire un audit de ses dépenses.

Les Albertains n’aiment pas les hypocrites.

Greg Clark, chef du Parti albertain

« Derek Fildebrandt a contrevenu aux règles. Il a utilisé des fonds publics pour faire des profits personnels », a lancé Greg Clark. Il ajoute que les règles entourant les dépenses des députés sont claires. « Les députés peuvent seulement réclamer des indemnités correspondant à leurs dépenses, mais il n’existe pas de pénalités s’ils contreviennent aux règles », poursuit Greg Clark, qui aimerait que de telles pénalités soient instaurées.

Le leader du caucus du Parti conservateur uni, Mike Ellis, a précisé que le parti « étudie ce cas avec attention ». Le candidat à la course à la direction du Parti conservateur uni Brian Jean n’a pas voulu faire de commentaires. L’autre candidat, Jason Kenney, a déclaré : « Derek a fait la bonne chose en rendant les montants générés par les locations aux contribuables. »

Le politologue Duane Bratt, de l’Université Mount Royal, dit que Derek Fildebrandt fait preuve d’hypocrisie parce qu'il critiquait souvent les dépenses des députés conservateurs quand il était directeur de la Fédération des contribuables canadiens.

« Lorsqu'il était directeur pour l'Alberta de la Fédération des contribuables canadiens, il attaquait fréquemment des membres du gouvernement d’Alison Redford pour des gestes similaires », précise-t-il.

C’est vraiment faire preuve d’un grand niveau d’hypocrisie de sa part.

Duane Bratt, politologue

Le politologue Frédéric Boily renchérit : « C’est étonnant, puisqu’il s’est toujours fait le chantre de la rigueur fiscale et budgétaire. De le voir impliqué dans une controverse semblable, cela vient ternir son image. »

Colin Craig, directeur pour l'Alberta de la Fédération canadienne des contribuables, ajoute que les députés profitent des subventions au logement depuis des années, et que les règles de réclamation des dépenses doivent être examinées par le gouvernement. La Fédération a soulevé le problème en 2012, mais ses préoccupations n'ont pas été abordées, a-t-il déclaré.

« Pendant des décennies, il y a eu des députés qui ont utilisé ces fonds pour acheter des maisons, puis les vendre et en retirer des centaines de milliers de dollars. C’est un problème important qui doit être exploré », explique Colin Craig.

Alberta

Politique provinciale