•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jour 3 de l'occupation du site de Junex en Gaspésie

Installation des manifestants sur le chemin forestier qui mène aux installations de Junex

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un groupe d'activistes antipétrole bloque depuis dimanche l'accès au puits Galt no 4 de Junex, près de Murdochville. Des troncs d'arbres ont été installés sur la route.

Un texte de Joane Bérubé avec la collaboration de Léa Beauchesne

Une dizaine d’individus cagoulés empêchent l'accès aux installations situées à environ 20 km de Gaspé. D’autres manifestants auraient aménagé un campement sur le site du puits no 4.

Les caméras de Radio-Canada ont pu pour la première fois s’approcher des barricades. Toutefois, les manifestants sont demeurés dissimulés derrière leurs installations. Il demeure difficile d'évaluer le nombre de gens qui participent à cette action de contestation.

Un campement de soutien, à la jonction de la route 198, a ainsi été mis sur pied par Environnement vert plus, mardi, en fin de journée.

Le mouvement écologiste Tache d’huile a aussi fait connaître son soutien au mouvement.

Les manifestants qui se définissent comme « des protecteurs et protectrices de l'eau » réclament la fin immédiate de tous les travaux d’exploitation gazière et pétrolière en Gaspésie, et plus particulièrement ceux en cours à la propriété Galt de Junex, un des projets d’exploration les plus avancés du Québec.

Pancarte installée sur la propriété Galt de Junex à GaspéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pancarte érigée sur la propriété Galt de Junex à Gaspé.

Photo : Radio-Canada

Pas de contacts avec les Micmacs de la Gaspésie

Dans leurs premières communications, les manifestants avaient indiqué que le site était occupé « afin de réaffirmer la souveraineté Micmaq [sic] sur les propriétés illégitimes de Junex ».

Le groupe demandait d'ailleurs aux environnementalistes et aux communautés autochtones de rejoindre leur campement. Un appel qui n'a été entendu qu'en partie puisque les Micmacs ne les ont pas rejoints.

Plus tôt dans la journée, la chef de la communauté des Micmacs de Gespeg, Manon Jeannotte, avait déploré le fait que sa communauté ainsi que les deux autres communautés micmaques de la Gaspésie n'aient pas été informées de cette action qui reste toujours anonyme.

On ne s’identifie pas à eux. On ne sait pas ce qu’ils font, je trouve que c’est un manque de respect de ne pas être venus nous voir.

Manon Jeannotte, chef de Gespep
Route bloquée au puits Galt no 4, à 20 km de GaspéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Route bloquée au puits Galt no 4, à 20 km de Gaspé

Photo : Daphné-Anne Olepika Takpanie Ignée

Les activistes ont depuis effacé toutes références aux revendications micmaques dans leurs communications.

La communauté de Gespeg s’affairait en début de semaine aux derniers préparatifs du premier grand rassemblement Mawiomi Gespeg 2017, qui doit se dérouler mercredi, à Cap-Bon-Ami, au Parc national Forillon.

Les trois communautés de la Gaspésie de même que plusieurs autres en provenance des États-Unis et de l’Est du Canada participent à l’événement qui se déroule à l’occasion de la Journée internationale des peuples autochtones.

Les organisateurs de cette action ne souhaitent toujours pas parler aux médias. Les policiers de la Sûreté du Québec les ont rencontrés en soirée, mardi, et surveillent la situation.

Appui d'Environnement vert plus

De son côté, le groupe gaspésien Environnement vert plus se mobilise pour appuyer les manifestants.

Environnement vert plus a installé un campement de soutien.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Environnement vert plus a installé un campement de soutien

Photo : Radio-Canada

Pascal Bergeron, porte-parole du groupe, rappelle que les environnementalistes de la Gaspésie réclament depuis plusieurs années des consultations publiques sur les projets d’exploitation ou d’exploration gazière et pétrolière en cours dans la région.

« On est dans les préludes de la fracturation ici », commente M. Bergeron, qui dénonce les conséquences globales et locales de l’exploitation pétrolière.

L’environnementaliste dénonce aussi l’investissement gouvernemental dans les projets comme ceux de Junex.

« Ces projets n’existeraient pas si Ressources Québec ne les finançait pas, et il finance actuellement à hauteur de 60 % », relève Pascal Bergeron.

La filiale d’Investissement Québec, Ressources Québec, annonçait effectivement, vendredi dernier, un investissement de 8,4 millions dans l’exploration de la propriété Galt.

Site occupé par les manifestantsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Site occupé par les manifestants

Photo : Radio-Canada

Environnement vert plus entend rester en place aussi longtemps que nécessaire, assure Pascal Bergeron.

On sait quand ça commence, on ne sait pas quand cela finit. On est là en appui.

Pascal Bergeron d'Environnement vert plus

Les instigateurs de cette contestation contre l’exploitation pétrolière en Gaspésie ont lancé une campagne de sociofinancement. Ils souhaitent recueillir 20 000 $.

Pour l’instant, les policiers ne comptent pas déloger les manifestants du campement situé sur la route et le site Galt ni ceux du campement de soutien d’Environnement vert plus qui borde la 198 et la route menant à Galt.

Pour sa part, le président et chef de la direction de Junex, Jean-Yves Lavoie, a indiqué qu'il était au courant du blocage, et qu'il avait avisé les autorités concernées. Il n'a pas voulu commenter davantage.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Politique