•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les souris pourraient propager la maladie de Lyme

L'été chaud et sec a permis de maintenir les moustiques à distance au Manitoba,
Radio-Canada

L'été chaud et sec a permis de maintenir les moustiques à distance au Manitoba, mais le nombre de souris a augmenté, selon une entreprise spécialisée dans le contrôle des animaux nuisibles. Cette hausse amplifierait le risque de contracter la maladie de Lyme.

Selon Taz Stuart, l'ancien entomologiste de la Ville de Winnipeg qui travaille maintenant pour Poulin's Pest Control, le nombre d'appels que son bureau reçoit ne trompe pas. Il estime que la présence de mulots a augmenté de même que celle de souris sylvestres, une espèce présente dans les milieux ruraux, reconnaissable au pelage blanc sur son ventre.

En plus d'être nuisible, la souris sylvestre peut transmettre aux tiques à pattes noires la bactérie responsable de la maladie de Lyme.

Selon la professeure adjointe au département d'entomologie de l'Université du Manitoba Kateryn Rochon, ce sont surtout les larves et les nymphes de ces insectes qui sont les plus dangereuses pour la santé publique. En raison de leur petite taille, les gens ne se rendent souvent pas compte qu'ils ont été mordus.

« Au printemps prochain, les tiques immatures, les larves et les nymphes qui vont se nourrir sur ces souris seront infectées à leur tour et cela peut contribuer à l'augmentation des cas de maladies de Lyme l'année prochaine », explique Kateryn Rochon.

Face au risque de propagation de la maladie, la présence de prédateurs comme les renards ou les coyotes joue un rôle primordial.

Une étude néerlandaise démontre en effet que la hausse des maladies liées aux tiques à pattes noires serait liée à une baisse des prédateurs traditionnels des souris.

Avec des informations de Jacaudrey Charbonneau.

Manitoba

Environnement