•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Américains armés traversent la frontière à une « fréquence alarmante »

Arme à feu et drapeau américain

Trois hommes de la Nouvelle-Angleterre et deux de la Floride ont plaidé coupables pour possession illégale d’armes à feu en traversant la frontière du Nouveau-Brunswick.

Photo : iStock

La Presse canadienne

Six Américains ont été accusés de traverser la frontière du Nouveau-Brunswick avec des armes de poing cet été. Selon un procureur de la région, il est difficile d'informer les vacanciers que ces armes sont illégales au Canada.

« Ces infractions augmentent à une fréquence alarmante pendant les mois d'été », indique le procureur fédéral Peter Thorn, basé à Hampton, au Nouveau-Brunswick.

Cinq hommes de la Nouvelle-Angleterre et de la Floride ainsi qu'une femme de 27 ans du Maine ont plaidé coupables à des accusations de possession illégale d’armes à feu. Ils ont payé des amendes variant entre 1500 et 2000 $.

Des saisies qui augmentent à St. Stephen

L'été dernier, en moyenne, une arme à feu par semaine était saisie à St. Stephen.

En 2015, sept fusils ont été confisqués à ce poste, deux de plus qu'en 2014.

En 2015, au Canada, 671 armes à feu ont été saisies, dont 313 considérées comme illégales. Dans la plupart des cas, c'était en Ontario et en Colombie-Britannique.

Un poste de frontière

Le poste à la frontière des États-Unis entre Calais, au Maine, et Saint-Stephen au Nouveau-Brunswick.

Photo : Associated Press / Robert F. Bukaty

Des touristes ignorent les restrictions

Peter Thorn se charge de ces cas depuis plusieurs années. Il indique que la majorité d'entre eux sont des « citoyens américains respectueux de la loi » et qui ne sont pas au courant de l’autorisation restreinte des pistolets et autres armes de poing au Canada.

Ceux-ci ne savent pas qu’ils peuvent déclarer ces armes et les laisser à la frontière du Canada, le temps de leur voyage. Plusieurs de ces touristes sont âgés de 60 ans et plus, et proviennent du sud des États-Unis.

Le gouvernement du Canada a déjà publié des avertissements aux voyageurs et mis en place des panneaux aux frontières. Pourtant, Peter Thorn soutient que plusieurs Américains apportent leurs armes à feu et mentent à ce sujet.

Pour lui, le mot passe difficilement de l’autre côté de la frontière.

« Malheureusement, puisque les contrevenants habitent aux États-Unis, il est très improbable que le message se rende aux personnes concernées », dit le procureur dans un courriel à La Presse canadienne.

Nouveau-Brunswick

Armes à feu