•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 300 personnes au stade pour souhaiter la bienvenue aux demandeurs d'asile

L'un des organisateurs du rassemblement, l'activiste Jaggi Singh, s'adresse à la foule.

L'un des organisateurs du rassemblement, l'activiste Jaggi Singh, s'adresse à la foule.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Desrosiers

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un rassemblement organisé devant le stade olympique de Montréal pour appuyer les demandeurs d'asile arrivés récemment en territoire canadien a attiré près de 300 personnes, dimanche, alors qu'une autre manifestation, qui devait réunir des opposants à l'immigration irrégulière, a été annulée.

Deux groupes, Solidarité sans frontières et le Comité d'action des personnes sans statut, avaient organisé le rassemblement « Bienvenue aux réfugiés », devant l’un des centres d’hébergement temporaire de Montréal.

C’est une façon de dire "bienvenue au Canada" à ces gens et en même temps de demander aux Québécois et aux Canadiens leur solidarité.

Une citation de : Serge Bouchereau, porte-parole du Comité d’action des personnes sans statut

Un des organisateurs du rassemblement, l'activiste Jaggi Singh, clame qu'il faut « rejeter le racisme ». Il déplore que les migrants soient « mis en contraste » avec les itinérants et les pauvres qui ont aussi besoin d'aide.

Selon lui, au lieu de blâmer les réfugiés, il faut aider les plus démunis, et « lutter contre les riches et privilégiés ».

Jaggi Singh estime qu'il faut ouvrir les frontières et permettre l'entrée à tous les migrants. Il veut aussi que soit régularisé le statut de tous les immigrants sans papiers au Canada.

« C'est important de dire qu'il faut annuler l'entente entre les États-Unis et le Canada sur les tiers pays sûrs [entrée en vigueur en 2004]. On a dit a l’époque que c’était injuste, que c’était une façon de diaboliser les demandeurs d’asile et les réfugiés. Et maintenant, 13 ans après, c'est ce qui se passe », a-t-il dit.

À l'inverse, un autre groupe avait organisé à 13 h une manifestation baptisée « Les Nôtres Avant Les Autres », qui devait également avoir lieu au stade olympique. « Nous avons besoin de vous pour protéger notre avenir au Québec, nous vos enfants du Québec [sic] », pouvait-on lire sur la page Facebook de l'événement, auquel près d'une centaine de personnes avaient promis d'assister. Le rassemblement a finalement été annulé samedi après-midi.

Le Québec, « une terre d’accueil »

Plusieurs personnes se sont déplacées pour dénoncer les propos xénophobes tenus par certains depuis l'arrivée de nombreux migrants dans la province.

« Je pense que le Québec peut et doit être une terre d’accueil [...] contrairement à ce que les gens disent, ça ne se fait pas au détriment des gens d’ici », a dit un manifestant.

« On vient parce qu’il y a une nécessité [...] de prendre leur courage à deux mains, de faire cette traversée-là pour venir chercher une vie meilleure, c’est la réalité actuelle qu’on vit maintenant partout dans le monde, ce n’est pas seulement les Haïtiens », a expliqué une autre participante.

Le député fédéral de la circonscription Rosemont–La Petite-Patrie pour le Nouveau Parti démocrate (NPD), Alexandre Boulerice, était devant le stade olympique dimanche pour « saluer les décisions qui ont été prises pour accueillir ces gens-là ».

Toutefois, il a dénoncé les problèmes de ressources à la frontière, les délais à la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada (CISR), et l’entente des tiers pays sûrs, qui devrait, selon lui, être remise en question par le gouvernement Trudeau.

Tout ça est provoqué par les politiques conservatrices de Donald Trump et M. Trudeau ne réagit pas.

Une citation de : Alexandre Boulerice, député fédéral de la circonscription Rosemont–La Petite-Patrie pour le NPD

Un nouveau centre

Le nouveau centre d'hébergement est situé sur la Grenet, dans l'arrondissement d'Ahunstic-Cartierville.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le nouveau centre d'hébergement est situé sur la Grenet, dans l'arrondissement d'Ahunstic-Cartierville.

Photo : Radio-Canada / Thomas Christopherson

Par ailleurs, un autre lieu d’hébergement pour les migrants a ouvert ses portes dimanche dans l'édifice des Soeurs de la Providence, dans l'arrondissement d'Ahunstic-Cartierville.

« Cet immeuble appartient à la Ville de Montréal [et] pourra recevoir près de 300 personnes », a déclaré samedi, dans un communiqué, le maire de Montréal, Denis Coderre.

Montréal est une ville sanctuaire et une métropole solidaire.

Une citation de : Denis Coderre, maire de Montréal

La Ville de Montréal et le Bureau d'intégration des nouveaux arrivants à Montréal ont ajouté qu’ils cherchaient d’autres solutions d’hébergement temporaire en raison « de l'arrivée de nombreux réfugiés à la frontière canadienne, dont le nombre est d'environ 250 à 300 personnes par jour ».

« La prochaine étape sera d'appuyer concrètement les organismes communautaires et le gouvernement du Québec dans la recherche de logements pour ces demandeurs d'asile », a ajouté le maire.

Enfin, une nouvelle page Facebook, appelée « Réfugiés Montréal » (Nouvelle fenêtre), a été créée mercredi afin de recueillir des dons matériels pour les demandeurs d'asile. Deux points de chute ont été aménagés, dans les secteurs de Saint-Michel et de Lachine.

 

MISE AU POINT
Dans une version précédente de ce texte, nous employions l'expression « entrée illégale » pour désigner l'entrée irrégulière des demandeurs d'asile dont il est question ici.
S'il est vrai que ces individus sont, pour la plupart, entrés de manière irrégulière au Canada, ils n'en sont pas pour autant illégaux ou clandestins.
Par souci d'exactitude, Radio-Canada privilégie l'expression demandeur d'asile quand il est question de ces personnes.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !