•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

La langue française chez les Britanno-Colombiens des années 1960

Langue vivante, 27 octobre 1968

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Chaque année, le jour de la Colombie-Britannique est célébré le premier lundi du mois d'août. Pour le 150e anniversaire de la Confédération, nous vous offrons de découvrir la communauté francophone de cette province de l'ouest dans un vox pop de 1968.

Dans cet extrait de l’émission Langue vivante, du 27 octobre 1968, Henri Bergeron interroge des Franco-Colombiens sur la place du français dans leur vie. « Êtes-vous optimiste quant à l’avenir du français ici? » demande l’animateur. Les réponses sont partagées. « Le Canadien français est beaucoup plus chez lui en Colombie-Britannique qu’il l’était il y a 23 ans », affirme l’un d’entre eux. Une jeune femme dénonce pour sa part le peu de liens qui existent entre l’est du Canada et la côte du Pacifique.

« Je trouve que la Colombie-Britannique est trop éloignée pour profiter des améliorations qu’il va y avoir en Ontario. »

— Une citation de  Une Franco-Colombienne interrogée en 1968

Alors que la radio française existe déjà dans la province, une passante interrogée mentionne que la venue d’une télévision française contribuerait à la préservation de la langue. C’est en 1976 que la CBUFT entre officiellement en ondes en Colombie-Britannique. À l’époque, certains voient cette nouvelle d’un bon œil. D’autres dénoncent l’arrivée d’une station qui bénéficiera seulement à une minorité de la population.

Venus il y a plus de 200 ans sur le territoire de la future Colombie-Britannique, beaucoup des premiers arrivants francophones travaillaient dans la traite de la fourrure. Aujourd’hui, la communauté compte environ 50 000 personnes.

Encore plus de nos archives 

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.