•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi y a-t-il maintenant deux cryptomonnaies bitcoin?

Une gros plan sur des pièces de monnaie dorées arborant le symbole de bitcoin.
L'existence du bitcoin originel est menacée par l'apparition du nouveau bitcoin cash, selon David Décary-Hétu, professeur adjoint à l'école de criminologie de l'Université de Montréal. Photo: iStock / skodonnell
Radio-Canada

Après des années de luttes internes, la « communauté bitcoin » vient de se séparer en deux avec la création du bitcoin cash, une variante du bitcoin originel qui a l'ambition de démocratiser l'utilisation de cette cryptomonnaie. Mais pourquoi ce changement?

Un texte de Karl Philip Vallée

Pour comprendre le nouveau bitcoin cash, il faut comprendre le fonctionnement du bitcoin. Cette cryptomonnaie n’est gérée par aucune banque ni entreprise. Et puisqu’elle est entièrement virtuelle, il n’existe pas de monnaie physique à imprimer, comme c’est le cas pour les devises traditionnelles. Un algorithme génère donc une certaine quantité de bitcoins à un rythme prédéterminé.

Comme aucune institution ne gère cette cryptomonnaie, les transactions et la création de monnaie doivent être effectuées par des ordinateurs privés. Les personnes et les groupes qui choisissent de dédier leurs ordinateurs à ces transactions sont appelés les « mineurs ».

Avec la popularité grandissante des bitcoins, le nombre de transactions s’est multiplié. Or, le fonctionnement du bitcoin, dont toutes les transactions sont enregistrées dans une sorte de livre comptable virtuel appelé « chaîne de blocs » (blockchain), ne permet pas de traiter plus de sept transactions par seconde. Cela signifie que les paiements en bitcoins ne sont parfois pas acheminés avant plusieurs jours à leurs destinataires.

Une pile de jetons de la monnaie virtuelle bitcoin.Une pile de jetons de la monnaie virtuelle bitcoin Photo : Getty Images / George Frey

Selon David Décary-Hétu, professeur adjoint à l’école de criminologie de l’Université de Montréal, cette situation exaspère de plus en plus d’utilisateurs de la cryptomonnaie, dont ceux derrière le bitcoin cash. « Ça doit faire deux, trois ans que ces acteurs s’en plaignent, explique ce spécialiste. Pour eux, l’essentiel, c’est la rapidité. »

Le bitcoin cash, pas une idée nouvelle

Il a plus d’une fois été question de créer une nouvelle version du bitcoin, au cours de cette guerre interne, mais la communauté était jusqu’ici parvenue à contenir les dissidents, notamment grâce à l’incertitude liée à une telle entreprise.

Le défi, c’est d’arriver à obtenir du soutien. Les bitcoins n’ont aucune valeur à proprement parler. Ils obtiennent une valeur parce que les gens sont prêts à en acheter. Mais si personne n’est prêt à acheter des bitcoins cash, ces derniers vaudront 0 $.

David Décary-Hétu, professeur adjoint en criminologie à l'Université de Montréal

Un élément vient toutefois changer la donne, cette fois-ci : les partisans de la création d’une nouvelle version du bitcoin, avec à leur tête un groupe de gens d’affaires majoritairement basés en Asie, ont annoncé leur intention de créer le bitcoin cash il y a quelques semaines et cette annonce a beaucoup attiré l’attention.

Plusieurs acteurs sérieux les ont vite soutenus et le groupe a donc choisi de passer à l’action en créant une nouvelle chaîne de blocs qui pourrait inscrire un plus grand volume de transactions par seconde. Cela permettrait en théorie de faire croître la cryptomonnaie en la rendant plus facilement utilisable pour des achats de tous les jours.

Des mécontents

Tous ne sont toutefois pas d’accord avec cette approche, dans la communauté. Certains dénoncent le fait que le plus grand volume de transactions ne pourrait plus être traité par des ordinateurs moins puissants, ce qui contribuerait à centraliser le bitcoin et irait à l’encontre de la philosophie de la cryptomonnaie.

Malgré ce que peuvent en penser ses partisans, le bitcoin est bel et bien menacé par le bitcoin cash, selon M. Décary-Hétu.

C’est sûr [que le bitcoin est menacé]. Les monnaies virtuelles ont une économie finie. Il y a un nombre d’individus qui sont intéressés par ça et ils ont une quantité d’argent limitée.

David Décary-Hétu, professeur adjoint en criminologie à l'Université de Montréal

Il est toutefois difficile de déterminer laquelle des deux cryptomonnaies sortira vainqueure de ce combat. Le nerf de la guerre réside dans l’attrait des mineurs, qui ont le pouvoir d’assurer la création de nouvelle monnaie et le traitement des transactions.

Avec une architecture qui nécessite des ordinateurs plus puissants pour assurer son fonctionnement, le bitcoin cash risque d’avoir plus de difficultés à attirer un large public, mais des grands groupes pourraient choisir d’investir dans ce système. D’autant plus que, comme pour le bitcoin, les mineurs sont récompensés avec un peu de cryptomonnaie en échange de leurs services et que cette récompense est proportionnelle au nombre d’opérations effectuées.

Une photo montrant l'écran d'un bureau de change à travers une vitrine au coin d'une rue.La valeur du bitcoin cash était largement inférieure à celle du bitcoin originel, deux jours après sa création. Photo : iStock / wx-bradwang

Cependant, la valeur du bitcoin cash est pour l’instant largement inférieure à celle du bitcoin et sa valeur a déjà beaucoup fluctué depuis son lancement mardi. En mi-journée jeudi, le bitcoin cash valait 530 $ contre 3450 $ pour le bitcoin. Cette valeur inférieure pourrait refroidir des groupes de mineurs potentiels, pour qui l’investissement en équipement informatique ne serait pas rentable.

Le bitcoin cash sera-t-il une simple parenthèse dans l’histoire des cryptomonnaies? « Très difficile à dire pour le moment, estime David Décary-Hétu. Il y a actuellement une sorte de buzz autour du bitcoin cash, mais est-ce que ça va durer? Personne ne peut le dire en ce moment. L’avis général, c’est que d’avoir deux types de bitcoins, ce n’est pas l’idéal. En tout cas, celui qui a la réponse va devenir très riche! »

Avec les informations de The New York Times, et MIT Technology Review

Affaires

Techno